•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Cris et le Québec concrétisent une nouvelle entente de 4,7 milliards

Le premier ministre Francois Legault et le grand chef cri Abel Bosum ont signé lundi à Montréal un protocole d’entente permettant le développement économique à long terme de la région d’Eeyou Istchee Baie-James.

Le premier ministre Francois Legault et le grand chef cri Abel Bosum ont signé lundi à Montréal un protocole d’entente permettant le développement économique à long terme de la région d’Eeyou Istchee Baie-James.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Prolongement du réseau ferroviaire, électrification de certains projets industriels, formation d'une main-d'œuvre locale. Le premier ministre, François Legault, et le grand chef du Grand Conseil des Cris, Abel Bosum, ont signé lundi matin à Montréal un protocole d’entente permettant le développement économique à long terme de la région d’Eeyou Istchee Baie-James.

Proposé par la nation crie, ce plan « équilibré et respectueux des valeurs autochtones » doit s'échelonner sur une durée de trente ans, pour assurer le développement économique, notamment minier, du territoire cri.

Le premier ministre Legault a affirmé en point de presse être encore à l'étape des études de faisabilité du réseau ferroviaire, qui est évalué à « quelques dizaines de millions de dollars » sur ce projet de 4,7 milliards. Ces études seront assumées par le gouvernement cri et par Québec.

Selon François Legault, ce protocole d’entente baptisé la « Grande Alliance » « est la preuve qu’il est possible de travailler ensemble sur des projets de développement socio-économique ambitieux », en respectant « l’environnement, le territoire et les valeurs autochtones ».

Le premier ministre a parlé également de l'importance de construire des relations « de nation à nation ».

Le projet « contribuera à exploiter la richesse des ressources naturelles de la région, à créer des emplois et des occasions d’affaires pour les Cris et nos voisins les Jamésiens, tout en protégeant notre environnement et notre faune », affirme le grand chef du Grand Conseil des Cris dans un communiqué.

Paix des braves 2.0

En novembre dernier, le grand chef Abel Bosum disait croire que les astres s'alignaient pour une paix des braves 2.0, du nom de cet accord signé entre Québec et les Cris en 2002.

Un terme que le premier ministre n'a pas voulu utiliser pour qualifier sa plus récente entente. « Je n'ai pas la prétention de répéter une paix des braves, mais c'est une poursuite. La paix des braves n'aurait pas été possible sans la Convention de la Baie-James [et du Nord québécois de 1975], et la grande alliance qu'on annonce aujourd'hui n'aurait pas été possible sans la paix des braves », a-t-il affirmé.

Le premier ministre a par ailleurs indiqué qu'il souhaitait réaliser des ententes similaires avec d'autres nations autochtones « dès que possible », lui qui avait annoncé pendant sa campagne électorale vouloir signer « de nouvelles paix des braves ».

Le sujet des blocages ferroviaires en guise de solidarité avec la Première Nation Wet'suwet'en a aussi été abordé en point de presse. « C'est ce qui se produit lorsque vous n'écoutez pas les peuples autochtones. L'histoire a démontré à maintes reprises que rien de bon ne vient du fait de forcer le développement des Premières Nations », a souligné le grand chef Bosum.

Le premier ministre Legault a pour sa part évoqué la plus récente entente avec les Cris comme un exemple à suivre pour négocier en amont avec les peuples autochtones.

45 ans de relations axées sur le développement économique

1975 : Les gouvernements du Canada et du Québec signent avec les Cris et les Inuit un premier traité de revendication territoriale globale, la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ).

2002 : Le gouvernement du Québec et la nation crie signent la paix des braves, une entente qui fait figure de modèle historique sur le plan de la relation entre le gouvernement et les nations autochtones.

2012 : Signature de l’Entente sur la gouvernance dans le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James.

2020 : Signature d’un nouveau grand projet à la Baie-James.

Avec des informations de Laurence Niosi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique