•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'artiste salish Gus Modeste est mort

Une oeuvre d'art au bord de la mer montre des poissons sculptés dans le bois et peints en bleu marine.

Des œuvres d'art originales signées par Gus Modeste se trouvent en Colombie-Britannique et dans des galeries privées du monde entier.

Photo : Gus Modeste/Facebook

Radio-Canada

La famille, les amis et les admirateurs de Gus Modeste pleurent la perte de l'artiste salish de renommée internationale mort la semaine dernière à l'âge de 44 ans.

M. Modeste a grandi sur l'île Gabriola et l'île Penelakut en Colombie-Britannique avant de fréquenter l'École secondaire Chemainus. Il s'y est découvert un talent pour la sculpture et la peinture.

Depuis lors, ses sculptures et ses gravures figurent dans des collections privées du monde entier, notamment en Allemagne, en Italie, au Japon et en Belgique. L'une de ses pièces les plus mémorables est une peinture intitulée Mother's Love.

Elle rend hommage à J35, une mère orque de la population du sud qui, dans une manifestation apparente de chagrin, refusait d'abandonner le cadavre de son bébé durant l'été 2018.

Gus Modeste présente Mother's love (L'amour d'une mère), une gravure sur laquelle on voit une mère épaulard porter son bébé.

« Mother's love » (L'amour d'une mère) est l'une des gravures les plus célèbres de Gus Modeste, qui s'inspirait souvent des animaux et de la nature pour créer ses oeuvres.

Photo : Gus Modeste/Facebook

L'art était un cadeau avec lequel il est né, se rappelle Francis Horne, un maître sculpteur salish qui a servi de mentor à Gus Modeste. Ça m’a toujours fasciné qu’il puisse faire de si petites sculptures avec d’aussi grandes mains.

Une vie humble et privée

L'artiste menait une vie privée et humble à Duncan, sur l'île de Vancouver, où il utilisait son art pour s'exprimer et être en contact avec le reste du monde, raconte la belle-mère de Gus, Fay Modeste.

Toutefois, la dernière décennie a été difficile, car il souffrait de problèmes de santé, étant atteint du syndrome de Wolff-Parkinson-White, qui cause des problèmes cardiaques.

Gus Modeste avait contacté sa famille et ses amis jeudi, jour de sa mort.

Il était au téléphone avec tant de gens cette nuit-là. Je pense qu'il savait qu’il allait mourir.

Fay Modeste, membre de la famille
Une sculpture représentant la lune et le soleil.

Gus Modeste a érigé des mâts totémiques à l'école secondaire Chemainus et le long d'une passerelle à Crofton, en Colombie-Britannique.

Photo : Gus Modeste/Facebook

Pluie de condoléances

La famille savait que des collectionneurs d'art étrangers achetaient ses oeuvres, mais elle n'avait pas réalisé l'ampleur de sa notoriété. Elle dit avoir reçu des appels de partout dans le monde, les gens voulant offrir leurs condoléances.

Le frère de Modeste, Derek, est fier des réalisations de son frère. Il se souviendra toujours avec tendresse des bêtises que son frère et lui ont faites quand ils étaient gamins.

Un service commémoratif aura lieu à l'école primaire de l'île Penelakut, vendredi à 9 h.

Avec les informations d'Adam van der Zwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Autochtones