•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coastal GasLink : enquête criminelle de la GRC après la découverte d’objets dangereux

Des pneus sous une bâche, avec des arbres enneigés en arrière-plan.

Des piles de pneus ont été trouvées sur le chemin forestier Morice West, près de Houston, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

Timothé Matte-Bergeron

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) mène une enquête criminelle après la découverte d’objets et d’installations pouvant constituer un danger pour les personnes qui utilisent les chemins forestiers menant aux chantiers du gazoduc Coastal GasLink, près de Houston, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Dans un communiqué publié mercredi, la police fédérale affirme que des agents qui patrouillent dans ces chemins ont repéré des arbres partiellement coupés en prévision d’un abattage, ainsi que des piles de pneus recouvertes d’une bâche, à proximité desquelles se trouvaient des bidons d’accélérants contenant de l’essence, du diesel ou de l’huile, ainsi que du bois d’allumage et des sacs remplis de chiffons imbibés de carburant.

La GRC a aussi confirmé que des dizaines d’arbres avaient été abattus en travers du chemin de service Morice West.

La présence de ces articles préoccupants a été portée à l’attention des chefs héréditaires des Wet’suwet’en, indique le communiqué.

La GRC a entamé une enquête en vertu de l’article 247 du Code criminel, qui interdit de poser des trappes susceptibles de causer des lésions corporelles.

Les policiers pourraient intervenir dès vendredi

La compagnie TC Energy, qui possède CoastalGaslink, a obtenu une injonction le 31 décembre interdisant à toute personne de bloquer les travaux de construction du gazoduc.

Une ordonnance d’exécution de cette injonction donne le droit aux policiers d’arrêter toute personne qui y désobéit, à partir de vendredi après-midi, soit 72 heures après la publication de cette ordonnance.

Les chefs héréditaires des cinq clans de la Première Nation Wet’suwet’en s’opposent au pipeline. Ils affirment être les seuls qualifiés à permettre ou non sa construction sur leur territoire ancestral, qui se situe près de Houston, à environ 300 kilomètres à l’ouest de Prince George.

Une douzaine de leurs partisans ont commencé à monter un campement près du chemin Morice West, jeudi, à proximité des arbres coupés.

Le 7 janvier 2019, la GRC avait détruit une barricade construite par des opposants au projet et arrêté 14 personnes.

Des personnes montent une tente au milieu d'un chemin enneigé.

Des opposants au gazoduc Coastal GasLink ont commencé à monter des tentes sur un chemin forestier, jeudi.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Accord avec 20 conseils de bande

TC Energy a signé des ententes avec 20 conseils de bande autochtones le long du tracé du gazoduc, mais les chefs héréditaires Wet’suwet’en soutiennent que ces bandes ne sont compétentes que sur le territoire des réserves.

Une fois terminé, Coastal GasLink fera 670 kilomètres de long.

Le pipeline reliera le nord-est de la Colombie-Britannique à Kitimat, sur la côte du Pacifique, où une usine de liquéfaction du gaz naturel et un port d’exportation sont en construction.

Avec des informations de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Crimes et délits

Justice et faits divers