•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa adoptera la Déclaration de l'ONU sur les droits des peuples autochtones

Plan rapproché de Mme Bennett s'exprimant devant un micro.

Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones,

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

La ministre des Relations Couronne-Autochtones Carolyn Bennett a déclaré mercredi à Ottawa que le gouvernement irait de l'avant avec l'adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Mme Bennett a affirmé que le projet de loi proposé serait élaboré conjointement avec des représentants autochtones.

« Nous allons travailler ensemble pour élaborer conjointement la législation relative à la Déclaration », a dit la ministre dans un discours devant les chefs de l'Assemblée des Premières Nations réunis à Ottawa pour leur réunion annuelle de décembre.

Durant son discours, la ministre a affirmé qu'il était « honteux » que le projet de loi C-262, déposé par l'ancien député néo-démocrate Romeo Saganash, n'ait pas été adopté au Parlement. Le projet de loi est mort au feuilleton en juin dernier au Sénat après avoir été bloqué par les sénateurs conservateurs.

Lors de la récente campagne électorale, le chef conservateur Andrew Scheer avait d'ailleurs défendu le refus des sénateurs conservateurs d'appuyer le projet de loi en déclarant qu'il n'était lui-même pas d'accord sur une clause contenue dans la déclaration demandant le « consentement préalable libre et éclairé » des peuples autochtones concernant des projets sur les terres autochtones traditionnelles.

De son côté, la ministre Bennett et le ministre de la Justice, David Lametti, comptent faire adopter la Déclaration d'ici la fin de 2020. Ce dernier a confié qu'une loi sera élaborée conjointement par les deux ministères. Il s'est dit confiant quant à sa mise en œuvre dans les délais annoncés.

« Il n'y aura de partenariat que si vous pensez qu'il s'agit d'un partenariat. Vous ouvrez la voie à la décolonisation et à la réconciliation », a lancé Mme Bennett.

La Déclaration établit des normes minimales sur la façon dont les États-nations doivent traiter avec les peuples autochtones. Quelques minutes après son discours, Mme Bennett a expliqué aux journalistes que le gouvernement adopterait une vision « canadienne » dans l'élaboration de la loi.

En entrevue, le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, a reçu l'annonce favorablement et rappelle l'avance de la Colombie-Britannique en la matière. Bien avant le fédéral et toute autre province du pays, le ministre, John Horgan, a fait adopter à l'unanimité le projet de loi 41 qui oblige le gouvernement provincial à harmoniser ses politiques et ses lois avec les objectifs de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

« C'est le genre d'action que l'on attend de la part du Canada, a ajouté le chef de l'APNQL. On a hâte d'écouter demain le discours du Trône. On voit bien que la situation d'un gouvernement minoritaire peut être avantageuse pour les Premières Nations. »

Avec des informations d'Ismaël Houdassine et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société