•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La langue mitchif fêtée à l’Université du Manitoba

Un groupe de personnes dans une salle décorée autour de plusieurs tables.

C'était la première fois qu'une rencontre au sujet de la culture et de la langue mitchif était organisée à l'Université du Manitoba.

Photo : photo soumise / Brad Boudreau

Radio-Canada

Environ 100 personnes ont célébré samedi la langue des Métis, le mitchif, lors d’une fête organisée au sujet de la culture et de la cuisine métisses.

Des jeunes et des personnes plus âgées se sont rencontrées pour discuter et pratiquer cette langue qui mélange le cri et le français.

La coordinatrice du programme d’inclusion des Métis à l’Université du Manitoba, Laura Forsythe, indique que l’objectif de cette initiative, la première en son genre, est de faire vivre cette langue.

Il y a 587 545 Métis au pays, selon le recensement de 2016 de Statistique Canada.

En 2016, 9710 Métis, soit 1,7 % de la population de Métis, déclaraient pouvoir soutenir une conversation dans une langue autochtone. Plus de la moitié des Métis qui déclaraient parler une langue autochtone parlaient des langues cries (5960), suivies du déné (1555), du mitchif (1030) et de l’ojibwé (685), selon Statistique Canada.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte déclarait que le mitchif était parlé par une centaine de personnes au pays alors que cette langue est parlée par plus de 1000 personnes.

Nous recommençons tout juste à réclamer notre langue pour notre nation.

Laura Forsythe, coordinatrice du programme d’inclusion des Métis à l’Université du Manitoba

Un rapprochement de générations

Un groupe des 28 étudiants du programme de langue michif de l’Université a participé à la fête. Ils viennent de tous les horizons, de la Russie aux Philippines en passant par la Pologne. Avant cette rencontre, ces étudiants participaient à des ateliers pour rencontrer des membres plus âgés de la communauté métisse pour apprendre les bases du mitchif.

Ces ateliers ne pouvaient réunir que de petits groupes de personnes, faute d'espace. Laura Forsythe a donc cru bon d'organiser une fête de plus grande envergure.

Monique Courcelles a participé à la rencontre et elle en était ravie. La jeune femme née en Colombie-Britannique et arrivée au Manitoba en 2015 a vécu avec cette fête son premier contact avec le mitchif.

Même constat pour James Lavallée, un autre participant, que cette rencontre incite à continuer à apprendre et faire croître et renforcer sa communauté.

Avec les informations de Dana Hatherly

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones