•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : la loi adoptant la déclaration de l'ONU sur les droits autochtones est votée

Plan moyen de M. Phillip, vu de profil devant un micro.

Stewart Phillip, grand chef de la Nation Okanagan et président de l’Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique, est l'un des dirigeants qui ont assisté au dépôt du projet de loi le mois dernier.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Colombie-Britannique est devenue mardi la première province au Canada à mettre en œuvre officiellement la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Le projet de loi a été approuvé à l’unanimité à la législature.

« Aujourd'hui, nous avons marqué l'histoire », ont déclaré le ministère des Relations autochtones et de la Réconciliation et le Conseil des dirigeants des Premières Nations dans un communiqué conjoint.

Le projet de loi donne un mandat au gouvernement provincial pour harmoniser ses politiques et ses lois avec la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Le projet de loi 41 a été élaboré par le gouvernement provincial en collaboration avec le Conseil des dirigeants des Premières Nations, afin de faire respecter les droits des peuples autochtones et de créer des communautés plus fortes, indique le communiqué.

Toute modification future nécessaire pour se conformer à la Déclaration des Nations unies se fera en consultation et en collaboration avec les peuples autochtones, a ajouté la déclaration conjointe.

Les dirigeants autochtones de toute la province avaient exhorté l’opposition officielle à permettre l’adoption de la loi afin de créer une nouvelle relation entre la province et les Premières Nations.

Avant que la loi ne soit approuvée, le Conseil des dirigeants des Premières Nations avait exprimé sa préoccupation devant le blocage du projet de loi en comité, notant qu'il se trouvait à ce stade depuis le 30 octobre.

« Notre province a été limitée par l'incertitude du litige », avait indiqué le député vert Adam Olsen, membre de la Première Nation Tsartlip, dans un communiqué de presse.

« Et maintenant, au lieu d'un conflit, il existe une occasion de collaboration accrue et de prospérité économique plus équitable pour tous », a-t-il ajouté.

La loi est maintenant inscrite dans les lois provinciales.

Au Québec, l'Assemblée nationale a adopté le mois passé une motion à l’unanimité qui reconnaît les grands principes de la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones.

L'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador appelle depuis de nombreuses années le gouvernement du Québec à intégrer une telle déclaration dans son cadre législatif. 

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !