•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux doivent « passer à l’action », disent les chefs autochtones

Ghislain Picard s'adressant à l'Assemblée des Premières Nations à Winnipeg en décembre 2014.

Ghislain Picard s'adressant à l'Assemblée des Premières Nations à Winnipeg, en décembre 2014.

Photo : The Canadian Press / Trevor Hagan

Radio-Canada

« Fini les faux espoirs, les promesses non tenues ». Au lendemain de l’annonce du nouveau Cabinet de Justin Trudeau, les chefs autochtones du Québec et du Labrador ont pressé le gouvernement, et les deux ministres responsables des dossiers autochtones, d'agir.

Mercredi, le député montréalais Marc Miller est devenu ministre des Services aux Autochtones, tandis que la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, a conservé son portfolio.

Après l'assermentation des ministres, l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) a sommé le « gouvernement de passer à l’action ». Les Premières Nations « en ont assez des promesses et des engagements non tenus », peut-on lire dans un communiqué rendu public mercredi.

« C'est maintenant le temps de livrer la marchandise », affirme le chef de l'APNQL Ghislain Picard, citant parmi les priorités les dossiers des femmes autochtones, les enfants en foyer d'accueil ou encore la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

L’APNQL se dit toutefois prête à collaborer avec les ministres Miller et Bennett, « qui ont tous deux une bonne connaissance des dossiers ».

L’Assemblée des Premières Nations, l’organisme qui représente plus de 600 communautés au pays, a estimé pour sa part que le nouveau Cabinet fédéral « offre la possibilité de maintenir l'élan donné aux priorités des Premières Nations ».

« Nous sommes impatients de collaborer avec le nouveau ministre des Services aux peuples autochtones, Marc Miller, qui a déjà démontré un engagement personnel envers les Premières Nations et la réconciliation », affirme le chef Perry Bellegarde.

Beaucoup de travail à faire, dit Marc Miller

Dans la foulée de son assermentation, le nouveau ministre des Services aux Autochtones Marc Miller s’est dit conscient des défis qui l’attendent. « Ce n’est pas un portefeuille dans lequel on peut rentrer et sortir, ça prend un effort soutenu, une passion pour ces enjeux », a-t-il affirmé en point de presse mercredi après-midi à Rideau Hall, à Ottawa.

« Quand on parle de services aux Autochtones, on parle des avis d’ébullition d’eau qui ne sont pas tous levés. Personne sur cette Terre ne devrait vivre sans eau potable. Nous venons de faire l’un des plus grands investissements de l’histoire du Canada [consacré aux populations autochtones] mais il y a beaucoup de travail à faire », a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique