•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire se dote d’une commission nationale autochtone

Les délégués sont assis dans un auditorium et votent.

Les délégués de Québec solidaire votent sur des propositions lors de leur congrès à Longueuil.

Photo : Radio-Canada

Jean-Philippe Guilbault

Dans le cadre de son congrès qui s’est déroulé en fin de semaine à Longueuil, Québec solidaire (QS) s’est doté d’une commission nationale autochtone (CNA) qui « aura une voix par rapport au parti », selon la co-porte-parole Manon Massé.

En entrevue avec Espaces autochtones, Mme Massé a précisé que le mandat de la CNA était « ouvert » et qu’il sera certainement « à resserrer » dans un avenir rapproché par la commission elle-même.

Brièvement, cette commission nationale se joindra aux deux autres instances similaires au sein de QS : la commission nationale politique et la commission nationale des femmes.

C’est un désir de nos membres autochtones de se donner une voix au niveau de notre parti, indique Manon Massé. Grosso modo, c’est de permettre aux Autochtones solidaires de contribuer à la réflexion, à l’analyse et à la définition des enjeux politiques au Québec.

Mme Massé devant des drapeaux du Québec.

Pour Manon Massé, cette commission nationale traitera surtout de questions de « politique interne » à Québec solidaire.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Cette nouvelle commission vise entre autres à ce que les peuples autochtones sur le territoire québécois participent à la négociation du projet de souveraineté de Québec solidaire. Il s'agit d'ailleurs d'un des thèmes qu'aborde la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques lors de sa tournée des communautés autochtones.

L’adoption de la proposition visant à créer la CNA a semblé plutôt cahoteuse : l’instance organisatrice du congrès, le comité de coordination national, souhaitait initialement que cette question soit abordée dans le cadre d’un autre congrès, prévu en 2021, portant sur les structures internes du parti.

Or, des membres autochtones de QS ne voulaient pas attendre et se sont dits insatisfaits du calendrier proposé. Des pressions internes s’étaient déjà fait sentir à l’ouverture du congrès.

Le vote a donc finalement eu lieu en fin de semaine et la proposition a été adoptée « à l’unanimité », souligne la co-porte-parole.

On est vraiment dans la poutine politique, laisse tomber Mme Massé. Jamais il n’a été question de refuser la commission nationale autochtone, au contraire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique