•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU et les droits autochtones : l'APNQL appelle Québec à s'inspirer de la C.-B.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

Photo : Radio-Canada / Anouk Lebel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) appelle Québec à suivre l’exemple de la Colombie-Britannique, qui est devenue jeudi la première province canadienne à déposer un projet de loi sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Le chef Ghislain Picard a salué l'événement par voie de communiqué vendredi. Il exhorte du même souffle le gouvernement Legault à emboîter le pas au gouvernement de John Horgan en posant des « gestes concrets » pour donner suite à la motion déposée en ce sens par Québec solidaire à l'Assemblée nationale début octobre.

Cette motion prévoit que le gouvernement s'engage «  à négocier la mise en oeuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et avec les Premières Nations et les Inuit ». Elle a été adoptée à l'unanimité le 8 octobre, mais le premier ministre François Legault avait d’abord émis des réserves, évoquant un risque pour l'intégrité du territoire et le droit à l'autodétermination du Québec.

« Nous attendons des gestes concrets de la part du gouvernement Legault afin d’éviter que la motion ne tombe en poussière. Le gouvernement du Québec peut maintenant s’inspirer de la Colombie-Britannique pour passer à l’action. »

— Une citation de  Ghislain Picard, chef de L’APNQL

La ministre responsable des Affaires autochtones du Québec Sylvie D'Amours a souligné dans un courriel à Espaces autochtones que la démarche de la Colombie-Britannique est inspirante tout en rappelant que le « Québec adhère aux principes de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones ».

Depuis 1985, Québec reconnaît certains droits aux nations autochtones au Québec, dont le droit à l’autonomie gouvernementale; le droit à leur culture, leur langue et leurs traditions; le droit de chasse et de pêche, ainsi que le droit de participer au développement économique du Québec et à en bénéficier.

Selon M. Picard, le Québec doit maintenant aller plus loin en mettant en œuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !