•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada présente les débats des chefs traduits en cri, en inuktitut, et en ojibwé

Image montrant Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh, Yves-François Blanchet, Elizabeth May et Maxime Bernier.

Six chefs participeront aux débats organisés par la commission responsable : Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh, Yves-François Blanchet, Elizabeth May et Maxime Bernier.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Dans le cadre de la campagne électorale fédérale, Radio-Canada offrira, lundi et jeudi prochains, une traduction simultanée en diverses langues autochtones des débats des chefs en anglais et en français.

Ainsi, il sera possible d'écouter le débat en anglais réunissant Jagmeet Singh (Nouveau Parti démocratique), Yves-François Blanchet (Bloc québécois), Justin Trudeau (Parti libéral du Canada), Andrew Scheer (Parti conservateur du Canada), Elizabeth May (Parti vert) et Maxime Bernier (Parti populaire du Canada) en français, mais aussi en inuktitut, ou encore en ojibwé.

Le site Espaces autochtones de Radio-Canada présentera sur le web (Facebook, YouTube, site) ce premier débat national, lundi prochain, avec traduction simultanée en français, mais aussi en inuktitut, en cri des Plaines et en ojibwé.

De son côté, le site web Regard sur l'Arctique de Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) international proposera lui aussi une traduction simultanée en français et en inuktitut.

En ce qui concerne le débat en français, le jeudi 10 octobre, Espaces autochtones offrira alors une traduction en cri de l'est de la baie James.

Des langues bien vivantes

La traduction simultanée des débats dans des langues autochtones représentera la première occasion dans l'histoire canadienne où les locuteurs de ces langues pourront suivre les échanges entre les chefs des principaux partis fédéraux.

À l'échelle nationale, l'inuktitut, le cri et l'ojibwé sont parlés par environ 164 000 personnes; près de 40 000 locuteurs pour l'inuktitut, majoritairement parlé au Nunavut et au Nunavik; 96 000 pour le cri, principalement parlé dans les Prairies et au Québec, et 28 000 pour l'ojibwé, parlé en Ontario et au Manitoba.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique