•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment intégrer la réconciliation auprès des Autochtones dans les universités du pays?

Des gens sont rassemblés sur une pelouse derrière une oeuvre d'art autochtone.

Environ 75 représentants d'institutions postsecondaires du pays participent à la conférence sur la réconciliation auprès des peuples autochtones dans le monde de l'éducation.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Claudiane Samson

Des représentants d’universités et collèges du pays sont rassemblés à Whitehorse pour discuter de réconciliation auprès des peuples autochtones.

La conférence intitulée Perspectives sur la réconciliation vise à faire avancer le processus de réconciliation tel qu’identifié par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Les 31 participants y partagent leurs meilleures pratiques dans le but de s’en inspirer dans chacune de leur institution postsecondaire respective.

L’événement est organisé par le Collège du Yukon, l’Université Vancouver Island et la Fondation McConnell.

Une femme à l'extérieur sourit à la caméra.

Denise Amyot, présidente-directrice générale de Collèges et instituts Canada, organise des colloques sur l'éducation autochtone.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

La présidente-directrice générale de Collèges et Instituts Canada, Denise Amyot, admet que les discussions n’y sont pas toujours faciles.

On a des conversations qui sont très honnêtes, des conversations qui ne sont pas faciles, parce que naturellement quand on regarde toute la question c’est un spectrum. Il y a des gens qui sont aux balbutiements [...] et il y en a d’autres qui sont très avancés.

Denise Amyot, Collèges et instituts Canada

Denise Amyot affirme que personne ne peut toutefois prétendre avoir atteint la réconciliation, particulièrement dans le monde de l’éducation.

Selon la vice-rectrice aux ressources humaines de l'Université Laval, Lyne Bouchard, le monde de l’éducation a encore beaucoup à faire dans le processus.

Une femme à l'extérieur sourit à la caméra.

Lyne Bouchard, vice-rectrice aux ressources humaines de l'Université Laval, remarque une diversité des réalités dans les relations avec les peuples autochtones à travers le pays.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Nous avons contribué à détruire cette culture et faisons partie de la solution. Pas toute la solution, mais on en fait partie, pour réhabiliter ces cultures, nous assurer qu’elles ne disparaissent pas et nous assurer qu’elles viennent instruire les autres communautés sur le développement de notre planète.

Lyne Bouchard, vice-rectrice aux Ressources humaines de l'Université Laval

Denise Amyot affirme que le Canada est observé par la communauté internationale dans son approche de réconciliation. « C’est aberrant quand on pense au chemin qu’il y a à faire, mais il s’agit d’un spectrum, certains commencent, d’autres sont avancés. »

Collèges et instituts Canada a d’ailleurs invité à son prochain colloque sur l’éducation autochtone qui se tiendra cet automne à Saskatoon une cinquantaine de représentants autochtones du reste du monde.

Une femme regarde une affiche sur laquelle est inscrit l'essentiel des discussions d'une session.

Le processus de réconciliation auprès des peuples autochtones dans le milieu de l'éducation en est un de longue haleine selon les participants.

Photo : Radio-Canada / Steve Silva

Le Collège du Yukon a été choisi à titre d’hôte en raison des nombreuses initiatives que l’institution a entrepris avec entre autres des cours sur l’histoire des peuples autochtones du territoire, des programmes d’administration ou d’enseignement pour les communautés, des séries de conférences sur les enjeux des Autochtones ou encore l’installation des drapeaux de chacune des nations devant le campus principal.

Le directeur des programmes à la Fondation McConnell, Chad Lubelsky, croit que la discussion sur la réconciliation auprès des Autochtones dans le milieu universitaire est bien entamée.

Un homme sourit à la caméra.

Le directeur des programmes à la Fondation McConnell, Chad Lubelsky.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Le Yukon est un meneur dans ce travail. Le Collège du Yukon a une approche je dirais, sinon unique, avancée dans le [processus] par rapport aux autres institutions. [Le Collège] intègre [la réconciliation] dans le travail de tous les jours, leur vision et leur mission.

Chad Lubelsky, directeur des programmes, Fondation McConnell

Lyne Bouchard remarque déjà la présence importante des Autochtones au Collège du Yukon. « On constate l'omniprésence de la communauté autochtone dans ce lieu, dans ce que l’on voit, dans la façon qu’on a d’enseigner, dans la façon qu’on a de se réunir. »

La Vice-rectrice souligne que de tous les étudiants de l’Université Laval, 1 % s’identifie comme Autochtones.

Une jeune femme parle derrièere un micro.

Marissa Mills du Yukon a eu du mal à s'intégrer à l'Université d'Ottawa à son arrivée.

Photo : Radio-Canada / Steve Silva

Marissa Mills de la Première Nation Kluane a d’ailleurs voulu insister auprès des conférenciers sur l’importance de représenter les Autochtones sur les campus.

L’ancienne étudiante de l’Université d’Ottawa a témoigné de sa difficulté à son arrivée à voir la présence autochtone.

Quand un étudiant arrive sur un campus, il doit se sentir représenté et sentir qu’il fait partie de cet espace. [...]  Il faut que les protocoles et les structures de gouvernance des communautés autochtones avoisinantes soient respectés.

Marissa Mills, finissante de l'Université d'Ottawa

Lyne Bouchard affirme que l’Université Laval travaille de près avec la nation Wendat-Huron de la région de Québec et auprès des Innus avec lesquels des ententes formelles d’éthique en recherches académiques ont été signées.

« Ce n’est pas à la communauté autochtone de s’adapter à nous, c’est à nous d’adapter nos façons de vivre et d’apporter l’enseignement dans ces communautés. »

Avec les informations de Steve Silva/CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Autochtones