•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application pour apprendre l’algonquin sur son téléphone intelligent

Deux téléphones avec l'application.

L'application comprend 400 mots et leurs traductions en huit diaclectes algonquins.

Photo : Radio-Canada

Anouk Lebel

Les gens qui souhaitent apprendre les rudiments de huit dialectes algonquins peuvent désormais le faire à l’aide de leur téléphone intelligent. Une application développée par le Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg est offerte gratuitement sur l’Apple store et Google Play.

Le dictionnaire illustré algonquin Algonquin Picture Dictionnary comprend 400 mots illustrés et leurs traductions en anglais et en français, de même que des enregistrements de leur prononciation.

« Ce n’est pas facile de prononcer tous les mots, c’est plus facile d’apprendre avec une application », explique Norm Odjick, directeur général du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg.

L’existence de dialectes complique l'apprentissage. Les mots utilisés dans la communauté de Kitigan Zibi, près de Maniwaki, sont différents de ceux utilisés à Abitibiwinni, près d’Amos, plus proche du cri. Des traductions écrites et audio dans les dialectes de Lac-Barrière, de Kitcisakik, de Lac-Simon, de Long Point sont également disponibles dans l’application. Les mots dans le dialecte de Wahgoshig sont disponibles à l’écrit seulement.

Les dialectes sont semblables, mais parfois les mots sont vraiment différents. C’est pour ça qu’on a eu besoin de huit traductions.

Norm Odjick, directeur général du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg

Le Conseil avait publié un dictionnaire papier il y a cinq ou six ans. Il est toujours disponible dans certaines écoles, mais le coût de l’impression est prohibitif, selon M. Odjick.

Les enfants ne sont pas intéressés par les livres comme avant. Ils sont plus intéressés par les technologies, ajoute-t-il.

Des applications en mohawk et en innu

Les Anishinabeg ne sont pas les seuls à avoir leur application pour faciliter l’apprentissage de leur langue. Une école primaire de Kanesatake a lancé une application en février l’application Kanehsatà:ke Mohawk, qui comprend 500 mots et leur traduction.

L’application Speak Mohawk, développée par l'établissement postsecondaire Six Nations Polytechnic, en Ontario, permet aussi de faciliter l'apprentissage de cette langue autochtone.

Un dictionnaire qui comprend 27 000 mots en innu est également disponible sous forme d’application pour téléphone intelligent.

Après avoir planché près de deux ans sur la sienne, le Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg est ouvert à la partager avec d’autres nations. On peut partager notre base de données et ils peuvent l’adapter, souligne Norm Odjick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société