•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Inuit du Nunavik possèdent une génétique unique au monde

Des jeunes jouant dans la rue enneigée à Salluit, au Nunavik.

Des jeunes jouant dans la rue à Salluit, au Nunavik.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Radio-Canada

Des chercheurs ont découvert que les Inuit du Nunavik, dans le nord du Québec, sont génétiquement uniques. Ils seraient distincts de toute autre population actuelle à travers le monde.

Selon ces scientifiques, l’étude des gènes de populations autochtones minoritaires pourrait aider à fournir de meilleurs soins de santé adaptés à ces communautés.

Dans une étude publiée lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, ils ont établi le profil génétique complet des Inuit de la région du Nunavik – une première, selon eux. Ils ont ensuite étudié les effets de ces variantes génétiques sur des troubles tels que les anévrismes cérébraux, par exemple.

« C’est la grande nouveauté de cette étude », affirme Sirui Zhou, son auteure principale. Mme Zhou est chercheuse à l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal (NEURO), affilié à l’Université McGill.

Sirui Zhou rappelle que seul un petit groupe d’Inuit de l’Arctique a fait l’objet d’un profilage génétique dans le monde, comme c'est le cas chez la plupart des populations autochtones du Canada.

« Il en reste encore beaucoup à apprendre des génomes des peuples qui sont moins étudiés que les plus grands groupes », relève Patrick Dion, professeur associé à l’Université McGill et l’un des auteurs de l’étude.

Un profil génétique unique

Les chercheurs ont comparé le profil génétique de 170 Inuit du Nunavik à « tous les groupes possibles », qu’ils soient Asiatiques, Africains, Européens ou originaires d’Amérique du Nord ou du Sud. « Ils étaient très différents, comme nous nous y attendions », affirme Sirui Zhou.

Ils ont comparé le profil à ceux disponibles qui proviennent d’autres populations autochtones, des Inuit du Groenland aux premiers peuples des Amériques, de l’Alaska et de la Sibérie.

« [Les Inuit du Nunavik] restent très uniques, puisqu’ils sont isolés, homogènes et ne sont pas connus pour s’être mélangés avec d’autres communautés », affirme Mme Zhou. « Ils ne partagent pas de composantes génétiques [ni] de structures génétiques avec les autres populations actuelles à travers le monde. »

Un diagramme en 3D représentant la génétique de différents groupes autochtones. Les Inuit du Nunavik se retrouvent tout en bas, en bleu pâle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce diagramme représente la génétique de différents groupes autochtones. Les Inuit du Nunavik se retrouvent tout en bas, en bleu pâle.

Photo : Institut et hôpital neurologiques de Montréal

L’étude a permis de découvrir que les Inuit du Nunavik pourraient détenir des composantes génétiques dérivées des anciennes populations autochtones de l’Arctique. « L’ascendance [génétique] provenant des Paléoesquimaux est pratiquement éteinte au sein de toutes les populations actuelles. Mais les Inuit du Nunavik ont probablement la plus grande composante d’une ascendance provenant des Paléoesquimaux. »

La chercheuse Sirui Zhou explique qu’en inspectant certaines parties du génome des Inuit du Nunavik, elle a découvert environ 130 variations génétiques uniques. Selon ses connaissances, il s’agirait d’une « quantité substantielle ».

Une recherche qui s’est déroulée pendant un quart de siècle

Pendant 25 ans, 170 participants ont été recrutés pour participer à l’étude. La plupart d’entre eux avaient été envoyés à Montréal par un médecin pour des dépistages d’anévrismes cérébraux. Certains des participants devaient subir des tests préventifs tandis que d’autres n’étaient tout simplement pas à risque.

Carte du Nunavik et de ses villages nordiques.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Nunavik est composé de 14 villages nordiques qui s'étendent de la baie d'Hudson à la baie d'Ungava.

Photo : Commission scolaire Kativik

Les participants provenaient de différents secteurs du Nunavik, de la baie d’Hudson à la baie d’Ungava. Dix communautés sur 14 étaient représentées, particulièrement Ivujivik (le village le plus septentrional du Québec) et Kangiqsualujjuaq (le village le plus près du Labrador). Les 170 participants correspondent à environ 1 % de la population du Nunavik, selon les données du recensement de 2016.

Un plus grand risque pour les anévrismes cérébraux

L’étude a aussi permis la découverte d’une variante génétique unique dans la population concernée. Celle-ci est associée à un risque plus grand de subir des anévrismes.

Sirui Zhou explique que les chercheurs ont émis deux hypothèses pour expliquer pourquoi les Inuit du Nunavik ont un plus grand risque d'avoir des anévrismes. Premièrement, dans les populations comportant peu d’individus, certaines variantes génétiques causant des maladies « tendent à s’accumuler avec une plus grande fréquence », ce qui augmente les risques. Deuxièmement, Mme Zhou affirme que ces mêmes variantes pourraient historiquement avoir eu d’autres fonctions bénéfiques pour les Inuit, comme leur habileté à s’adapter à des environnements plus rigoureux.

Trois chercheurs sont assis devant des appareils de laboratoire.

Sirui Zhou (à gauche) et Patrick Dion (à droite) font partie des auteurs de l'étude sur les Inuit du Nunavik.

Photo : Institut et hôpital neurologiques de Montréal

Plusieurs variantes génétiques et facteurs environnementaux pourraient aussi avoir contribué au développement d’anévrismes cérébraux, selon Mme Zhou.

De meilleurs soins de santé

Elle explique que la connaissance de la constitution génétique des groupes autochtones pourrait permettre de meilleurs soins de santé pour ceux-ci. Par exemple, cela pourrait aider les communautés à mieux cibler le dépistage de certaines maladies auprès des individus les plus à risque.

« Nous espérons que cette étude puisse inspirer […] encore plus d’études sur les Inuit et sur les peuples autochtones, dit Sirui Zhou. « Nous pourrions ainsi concevoir des soins de santé qui leur conviendrait mieux. »

Les chercheurs affirment avoir fourni les résultats de leur étude aux dirigeants communautaires par l’intermédiaire de la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik.

Une partie seulement de l'équation

«  Savoir qu'il existe un gène spécifique qui semble être lié aux anévrismes cérébraux est très prometteur, affirme Marie Rochette, de la Direction de la santé publique du Nunavik. «  Mais de l'autre côté, nous devons penser à la génétique comme une partie de l'équation  », déclare-t-elle. Madame Rochette n'a d'ailleurs pas participé à l'étude.

«  Nous devons être prudents. Ce n'est pas parce que vous avez une suite génétique spécifique que vous allez développer une maladie. Il existe de nombreux autres facteurs de risques associés.  »

Des facteurs comme le régime alimentaire, les habitudes de consommation et les conditions de vie peuvent influer sur l'évolution d'une maladie  », rappelle-t-elle.

Elle ajoute de plus que l'étude n'aura pas d'effet direct sur les 14 communautés du Nunavik tant qu'il n'y aurait pas plus de recherches sur le sujet. «  Il est trop tôt pour obtenir des résultats concrets avec cette étude. Mais elle nous ouvre la porte pour aller plus loin. »

Marie Rochette ajoute que les Inuit sont de plus en plus impliqués dans les différentes recherches. Ils veulent en être les sujets, mais désirent aussi participer à l'interprétation et l'utilisation des résultats qui peuvent en découler.

D'après un texte de Priscilla Hwang, CBC

Autochtones

Science