•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Autochtones pourront vendre légalement du cannabis dans des communautés de l'Ontario

Une feuille de cannabis.

La Commission des alcools et des jeux commencera à accepter les demandes de permis le 31 juillet.

Photo : Associated Press / Susan Montoya Bryan

Radio-Canada

Les entrepreneurs des Premières Nations de l'Ontario pourront maintenant présenter une demande pour ouvrir des magasins de cannabis dans leur communauté.

Huit permis de vente au détail de cannabis leur ont été spécifiquement attribués dans le cadre d'une deuxième vague d'octroi de permis lancée par le gouvernement provincial.

Le conseiller de la Première Nation de Couchiching, Ron Archie, qui a bien l’intention de faire sa demande, était prêt depuis la légalisation du cannabis et avait déjà demandé en janvier dernier l'un des 25 premiers permis pour ouvrir un magasin dans sa communauté, située à environ 350 kilomètres à l'ouest de Thunder Bay.

Mais aucun permis n'avait été attribué au Nord-Ouest de la province. En effet, lors de ce premier tour d’attribution de permis, les villes devaient alors avoir une population supérieure à 50 000 habitants pour être admissibles, ce qui n'est pas le cas de Couchiching.

Après l'annonce, mercredi, de cette deuxième série de permis et l’abolition des restrictions démographiques, Ron Archie explique qu'il déposera sa demande dès cet été.

C'était un grand jour et je suis vraiment excité, a commenté Ron Archie à propos de cette décision. S’il parvient à obtenir l'une de ces huit licences, « ce serait énorme pour la région », selon lui.


Il n'y a actuellement aucun service pour ce type de client, a notamment expliqué le conseiller. Vous pouvez obtenir le service en ligne, mais ce n'est pas pour tout le monde.

Ça ouvre un peu le cannabis aux gens du coin sans avoir à aller au marché noir, a-t-il poursuivi.

Davantage d’autonomie et de compétences

Dans le nord-ouest de l'Ontario, les entreprises de cannabis de Thunder Bay et de Kenora peuvent également faire une demande de licence dans chaque ville. Les entreprises d'autres Premières Nations de la région peuvent également demander des permis.

Ron Archie espère cependant que le système de la province aura davantage de compétences dirigées par les Premières Nations pour régir ces magasins dans les communautés autochtones.

Dans un communiqué de presse annonçant la deuxième série de permis de magasins de cannabis, la province a déclaré qu'elle continuait de « collaborer avec les Premières Nations souhaitant élaborer leurs propres approches en matière de cannabis ».

L'enjeu consiste à trouver des façons de collaborer avec les collectivités autochtones, dit Queen's Park, afin de « promouvoir la sécurité publique et l'accès légal au cannabis ».

Nous voulions que la province reconnaisse notre compétence à réglementer le cannabis sur les terres des Premières Nations, et qu'elle travaille avec nous, a ajouté Ron Archie. « Il y a encore des opportunités à exploiter pour les Premières Nations, mais c'est déjà une très bonne chose que le gouvernement ait mis huit permis de côté spécialement pour nous. »

Dès cet été

Les demandeurs d’un permis pour exploiter un magasin de cannabis dans une communauté autochtone doivent obtenir l'approbation officielle du chef et du conseil de la collectivité, comme stipulé par les règles affichées par la Commission des alcools et des jeux de l'Ontario, l'organisme responsable de la réglementation du commerce de détail du cannabis dans la province.

La Commission des alcools et des jeux commencera à accepter les demandes le 31 juillet.

Nous devrions être en mesure de respecter cette échéance, a affirmé Ron Archie. Ça ne devrait pas être un problème.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones