•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'APNQL dénonce la mort au feuilleton du projet de loi Saganash

Ghislain Picard s'adressant à l'Assemblée des Premières Nations à Winnipeg en décembre 2014.

Ghislain Picard s'adressant à l'Assemblée des Premières Nations à Winnipeg en décembre 2014.

Photo : The Canadian Press / Trevor Hagan

Radio-Canada

L'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) se désole que le projet de loi C-262, porté par Roméo Saganash, soit mort-né au Sénat. L'APQNL dénonce du même souffle les « bassesses de la partisanerie politique ».

Pour l'APNQL, la mort au feuilleton du projet de loi, qui vise à assurer le respect de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, est attribuable à la « partisanerie politique qui [a] pris le dessus sur l’intérêt collectif ».

Les sénateurs conservateurs ont été montrés du doigt par des chefs autochtones et d'autres représentants de la Chambre haute pour les « tactiques procédurales » qu'ils ont utilisées afin de « ralentir délibérément l'adoption du projet de loi ».

« L’histoire se répète, nos droits sont encore une fois mis au rancart, a écrit le chef de l'APNQL Ghislain Picard par communiqué. [...] Nous avons déjà investi beaucoup trop pour laisser un gouvernement nous ramener à la case départ. »

Les sénateurs conservateurs avaient émis des doutes au sujet de ce projet de loi. Ils craignaient entre autres qu'il donne un droit de veto aux Autochtones pour les futurs projets d'exploitation des ressources naturelles.

Le gouvernement a cependant assuré que ça ne serait pas le cas.

Le premier ministre Justin Trudeau a également indiqué que son gouvernement présenterait à nouveau le projet de loi si les libéraux étaient réélus à l'automne.

Le député néo-démocrate Roméo Saganash a présenté en 2016 le projet de loi C-262 à la Chambre des communes, qui l'a adopté deux ans plus tard.

Autochtones

Politique