•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Netflix s'associe à Wapikoni mobile et à deux autres organisations autochtones

Wapikoni mobile.
Wapikoni mobile. Photo: Gracieuseté
Anne-Marie Yvon

Le secteur de l’audiovisuel autochtone est en pleine ébullition au moment où Wapikoni mobile, imagineNATIVE et le Bureau des productions audiovisuelles autochtones deviennent partenaires de Netflix, a appris Radio-Canada. L'objectif : développer la prochaine génération de créateurs autochtones au pays.

L’annonce, faite mardi dans dans le cadre du Banff World Media Festival, en Alberta, permettra de lancer de nouveaux programmes, dont des cours intensifs en scénarisation et des programmes de stage. Tout cela avec le soutien du Fonds de développement des créateurs audiovisuels canadiens du leader mondial du divertissement en ligne.

Pour Odile Joannette, directrice générale du studio ambulant de création audiovisuelle autochtone Wapikoni, cette reconnaissance de Netflix montre l'importance « d’investir dans les modes alternatifs d’apprentissage et de découverte ».

Le directeur des politiques publiques pour le Canada de Netflix, Stéphane Cardin, explique que « cette collaboration s’inscrit dans une volonté de soutenir l’émergence de nouveaux talents  », en favorisant particulièrement les créateurs issus de la diversité.

Pour le Wapikoni, Netflix, avec ses 148 millions d'utilisateurs dans plus de 190 pays, est un partenaire majeur reconnu par le milieu. Sa directrice générale a tenu à saluer le fait que ce leader mondial « croit en l’importance de cette signature artistique spécifique aux premiers peuples du pays ».

Elle est enchantée que Netflix appuie Wapikoni, « une organisation plus terrain, plus pour les futurs créateurs, ceux qu’on espère voir sur nos écrans et à notre télé pour l’avenir ». Rappelons que Wapikoni roule depuis 15 ans de communauté en communauté autochtone pour permettre aux jeunes de produire des films.

Odile Joannette souligne l’association avec les deux autres partenaires autochtones au pays, imagineNATIVE et le Bureau des productions audiovisuelles autochtones. Le premier est le plus grand présentateur de contenu audiovisuel autochtone au monde et le second encourage la souveraineté narrative des personnes autochtones à l’écran.

Elle considère qu’il s’agit d’un « super complément » pour tous.

Netflix, c’est génial pour nous donner le coup de pouce qu’il nous faut, mais c’est surtout génial pour la relève et la jeunesse et les futurs créateurs.

Odile Joannette

« Apprendre en créant »

Netflix permettra au Wapikoni de reprendre son souffle et de poursuivre sur le terrain son travail de mentorat, de jumelage et d’accompagnement pendant trois ans, explique Mme Joannette.

La directrice générale précise que l’apprentissage par la création, c’est l’idée « que le transfert de connaissance passe par les porteurs de savoir et d’expérience qui guident et soutiennent le développement des plus jeunes. » 

Les cinéastes coups de cœur de l’année du Wapikoni, présentés à Montréal chaque automne, verront leur expérience de perfectionnement bonifiée grâce à ce partenariat, ajoute la directrice de l'organisme. Mais ce coup de pouce permettra également de « continuer à offrir les ressources à l’ensemble des Autochtones du pays ».

Résidence de création

Après 15 ans de travail avec les communautés autochtones et grâce au soutien de Netflix, le Wapikoni compte créer une résidence de création au cours des trois prochaines années. Quatre cinéastes autochtones issus de différentes nations s’uniront pour créer une pièce originale. Cette année les langues autochtones seront au cœur de cette création conjointe.

« Pour nous, Netflix c’est un levier pour convaincre d’autres partenaires de l’importance de croire en cette façon alternative et atypique de développer des talents », se réjouit Odile Joannette.

Avec les informations de Catherine Richer

Autochtones

Arts