•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La CAQ n'aime pas les Autochtones »

Gros plan de François Legault, qui se mord les lèvres.

François Legault, en conférence de presse avant le début du caucus présessionnel de la CAQ, qui se tient mercredi et jeudi à Gatineau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Lettre ouverte

Depuis son élection, la Coalition avenir Québec de François Legault démontre sa méconnaissance, voire son mépris des nations autochtones, écrit l'étudiante en études autochtones Audrey Monette-Deschênes. Espaces autochtones publie sa lettre ouverte.

Une lettre ouverte d'Audrey Monette-Deschênes

Parfois, lorsque je regarde les promesses que la Coalition avenir Québec (CAQ) a faites pendant sa campagne électorale, j’ai l’impression de me trouver devant L’erreur boréale.

Une lisière de 50 mètres de subterfuges afin de dissimuler des kilomètres de néant et de destruction. Je vois les ponts fragiles bâtis entre les communautés autochtones et l’État québécois s’effriter lors de chaque décision prise concernant les premiers peuples. Dans la situation actuelle, je crois qu’un bon nombre de ces ponts sont sur le point de s’effondrer.

Le 25 septembre dernier, à une semaine des élections et lors de son passage à Chibougamau, François Legault mentionnait la volonté de son parti d’entamer un processus similaire à la « paix des braves », cette fois-ci avec toutes les nations autochtones au Québec. Pour mettre le lecteur en contexte, il faut se rappeler que la paix des braves est une entente signée en 2002 entre le Parti québécois et la nation crie afin d’assurer à cette dernière plus d’autonomie, non seulement sur le plan économique, mais également sur le plan de l’utilisation des ressources et du territoire.

Cette entente n’était pas une simple initiative du gouvernement québécois. Au contraire, elle était la réponse aux poursuites judiciaires des Cris envers l’État, totalisant un montant de 3 milliards de dollars, poursuites justifiées parce que le Québec n’avait pas respecté sa part de la Convention de la Baie-James de 1975.

Le gouvernement de l’époque recevait également de la pression d’entrepreneurs miniers, forestiers, énergétiques, etc. qui attendaient qu'il agisse afin d’entamer leurs projets. Il fallait donc réitérer que l’État se souciait réellement de sa relation avec les Cris, et signer une nouvelle entente pour témoigner de cette bonne volonté.

Pour en revenir aux énoncés de François Legault, notre premier ministre a déjà contredit sa volonté de conclure des accords dont pourraient bénéficier les autres nations. En effet, en mai 2018, soit quatre mois avant les élections, la CAQ invitait le Parti libéral, alors au pouvoir, à abandonner le projet éolien Apuiat sur la Côte-Nord, projet impliquant la nation innue, Boralex et la Société renouvelable Canada. C’est d’ailleurs ce que François Legault a fait en novembre 2018, deux mois après que son parti eut été élu : il a mis fin au projet et ainsi privé la communauté innue de la Côte-Nord de l'occasion de devenir autonome économiquement.

Pour le gouvernement actuel, le projet Apuiat n’était pas rentable. Ou, selon le terme que François Legault a utilisé lors de sa rencontre avec l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador le 12 novembre 2018, ce projet n’était pas « utile ». Selon lui, Hydro-Québec a déjà de la difficulté à vendre ses surplus d’électricité produite.

Ce qui ne l’a pas empêché, lors de cette même rencontre, de laisser sous-entendre la construction de nouveaux barrages électriques.

Stérilisations forcées

Malgré tout, la CAQ a continué à creuser un fossé entre son gouvernement et les premiers peuples du Québec. En effet, alors que le scandale des stérilisations forcées a éclaté en novembre dernier dans tout le pays, le porte-parole de la ministre de la Santé du Québec a confirmé en février que la province ne participerait pas aux échanges interprovinciaux organisés par le gouvernement fédéral.

La raison? Il n’y avait pas de cas répertorié au Québec, donc ça ne serait jamais arrivé. Pas de victime, pas de crime, non? Il est certain que c’est facile de ne pas se questionner plus, de ne pas chercher de témoignages de femmes marginalisées qui ont déjà une relation fragile avec les corps policiers. Nous ne saurons probablement jamais s’il y a eu des femmes autochtones victimes de stérilisations forcées au Québec, parce que la CAQ nous a bien fait comprendre que la question ne l’intéressait pas. Le dossier est clos pour lui.

D’ailleurs, parlant de santé, la ministre des Affaires autochtones du Québec est bien silencieuse en ce qui a trait au Projet Tortue Yändia'wich. Ce projet, lancé en 2009 par la nation wendate de Wendake, promettait la construction d’un centre multigénérationnel de soins de santé pour la communauté. La phase 1, soit la construction du centre de santé, a déjà été achevée en 2014. Quant à la phase 2, c’est-à-dire un CHSLD comprenant 24 lits, celle-ci n’est pas entamée.

Pourtant, Wendake avait reçu des nouvelles prometteuses l’été passé. Alors qu’il était au pouvoir, le Parti libéral du Québec avait octroyé 6,8 millions de dollars en juin 2018 pour la construction dudit CHSLD. La communauté s'était réjouie de cette annonce.

Mais une fois le flambeau du pouvoir passé à François Legault, le dossier a atterri au bas de la pile des priorités du parti. Wendake attend toujours la CAQ pour entreprendre les travaux.

Une spiritualité, mais pas de religions

Plus récemment, en ce qui concerne le projet de loi 21 sur la laïcité, la CAQ a mentionné que la loi ne s’appliquerait pas aux symboles religieux autochtones, puisqu’il ne s’agit pas de religions, mais de spiritualité. Seuls les Autochtones portant des symboles chrétiens et en instance de pouvoir au sein de la fonction publique seraient concernés.

Même si le parti sait qu’il n’a aucune compétence en ce qui a trait aux réserves, il ne manifeste certainement pas une envie de respecter le rapport de nation à nation qu’il a avec les diverses communautés autochtones. Il affiche son paternalisme et sa condescendance notoires en sous-entendant que les religions autochtones ne sont pas assez organisées pour être considérées comme de vraies religions.

J’irais même jusqu’à dire que la CAQ se base sur de vieilles croyances colonialistes, comme si l’absence de textes, de preuves écrites, démontrait l’absence de structure et de sérieux. En gros, le gouvernement, par ses propos, laisse sous-entendre que les religions autochtones sont reléguées aux rites païens anciens.

Si le gouvernement actuel ne fait pas nécessairement mieux que ses prédécesseurs en matière de relations internations, celui-ci affiche tout de même un mépris et une méconnaissance profonde des nations qui habitent ce territoire. Qu’on parle de diversité, d’enjeux, de besoins ou d’histoire, la CAQ entend établir un rapport qu’il définira en premier lieu et qui lui rapportera quelque chose en retour, qu’il s’agisse de récupération économique ou politique.

François Legault, qui a utilisé la paix des braves pour se faire passer pour quelqu’un de conscientisé et d'empathique, ne l’a fait que pour cacher ses réelles intentions de maintenir le statu quo.


L'auteure de cette lettre est étudiante en études autochtones à l'Université Laurentienne (Sudbury, en Ontario) avec une mineure en travail social autochtone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique