•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Autochtones brésiliens occupent une partie de Brasilia au nom de la protection de leurs terres

Une leader autochtone s'adressant au sénat brésilien à l'aide d'un micro.

Une leader autochtone s'adressant au sénat brésilien.

Photo : AFP/Getty Images / SERGIO LIMA

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelque 2000 représentants de tribus indigènes du Brésil occupent le centre de Brasilia pour faire valoir leurs droits sur leurs terres ancestrales, encore plus menacés depuis l'arrivée au pouvoir du président Jair Bolsonaro.

Depuis trois jours, des Autochtones ont manifesté et camper devant les centres emblématiques du pouvoir de la capitale brésilienne, participant à ce « Camp de la terre libre » (Campamento Tierra Libre) qui rassemble chaque année plusieurs centaines de personnes depuis 2004.

Les forces de l'ordre étaient très nombreuses dans le centre de la capitale, où des cordons de sécurité ont été mis en place, selon des journalistes de l'AFP.

Des représentants indigènes en tenue traditionnelle chantaient. Sur des banderoles qu'ils arboraient, on pouvait lire : « Nos terres sont sacrées. Pas d'extractions minières sur nos territoires », ou « Nous exigeons les démarcations de nos terres ».

Redoutant des troubles, le ministre de la Justice et de la Sécurité publique Sergio Moro a ordonné la mobilisation de la Force nationale à l'esplanade des Ministères et à la place des Trois pouvoirs, où sont situés le gouvernement, le Congrès et la Cour suprême. Il a pris cette mesure après une demande du général Augusto Heleno, chef du cabinet de la Sécurité institutionnelle, soucieux « d'empêcher les actes de violence de la part des manifestants ».

« Notre camp se tient depuis plus de 15 ans de manière pacifique, dans le but de donner de la visibilité à nos luttes quotidiennes », s'est offusquée la Coordination des peuples indigènes du Brésil (APIB) dans un communiqué.

« Si le général Augusto Heleno prétend empêcher les actes de violence, qu'il s'occupe des grands propriétaires terriens qui envahissent nos territoires et tuent nos familles. »

« 2019 a commencé dans un contexte très lourd », selon l'appel au rassemblement de l'APIB, qui attend au total quelque 5000 représentants indigènes de tout le pays.

D'après l'ONG Imazon, la déforestation en Amazonie a augmenté de 54 % en janvier 2019 – premier mois de présidence de M. Bolsonaro – par rapport à janvier 2018, et l'État du Para concentre à lui seul 37 % des aires dévastées.

Doléances

La liste des doléances des populations autochtones ne cesse de s'allonger depuis l'élection en janvier du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

La Funai, organisme public chargé des questions indigènes, s'est vu retirer ses attributions en matière de démarcation des terres et d'octroi de licences environnementales au profit d'un ministère de l'Agriculture totalement acquis à la cause de l'agrobusiness.

Selon de nombreuses ONG et associations, les invasions de terres indigènes se sont multipliées sous le gouvernement Bolsonaro.

Quelque 800 000 Autochtones et 305 ethnies vivent au Brésil, pays de 209 millions d'habitants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !