•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Attikameks d'Opitciwan refusent de porter le dossard orange au nom de la souveraineté

paysage
La forêt, un enjeu de souveraineté pour les Autochtones Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe
Ismaël Houdassine

Obligatoire pour tous les chasseurs du Québec, le dossard orange n'est pas le bienvenu en territoire traditionnel attikamek. Le conseil de bande d'Opitciwan en Haute-Mauricie estime que les membres de la communauté possèdent un droit « inaliénable » sur leur territoire ancestral et ne sont donc pas tenus de porter le vêtement coloré.

Un événement est d’ailleurs venu renforcer la position du conseil de bande. À l’automne 2016, un membre de la nation autochtone qui se trouvait dans une zone de chasse sans porter de dossard s’est vu imposer une amende de 300 $ par deux agents de la Sûreté du Québec qui agissaient alors à titre d’agents de la protection de la faune.

Selon l’article de loi tiré du Règlement sur les activités de chasse, toutes les personnes, autochtones ou non, en activité de chasse doivent porter en zone de chasse « un vêtement de façon à ce que soit visible, en tout temps et en tout angle, une surface continue de couleur orangée. »

« Ce sont nos territoires ancestraux et par conséquent nous n’avons pas à nous soumettre aux lois québécoises, lance en entrevue téléphonique Christian Awashish, chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan. Nous vivons dans notre territoire 365 jours par an. Va-t-il falloir que nous portions le dossard orange toute l’année durant? »

Le chef estime d’ailleurs que le dossard est discriminant pour toute sa communauté. Il ne fait pas partie de ses habitudes, clame-t-il. « Nous avons nos propres techniques de camouflage qui ne sont pas compatibles avec ce vêtement. Les agents du gouvernement n’ont visiblement pas les formations nécessaires quant à nos spécificités culturelles propres à nos habitats. »

On a le droit de circuler dans notre territoire sans avoir à justifier notre présence auprès des autorités provinciales. Qu’on nous laisse tranquilles!

Christian Awashish, chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan

Dans un communiqué transmis cette semaine aux médias, le Conseil des Atikamekw d’Opitciwan explique que l’Autochtone qui a reçu la contravention se trouvait lors de son interpellation dans son territoire familial. Même si celui-ci tenait une arme dans sa main, il ne pratiquait pas pour autant une activité de chasse, soutient le communiqué.

« Nous ne pratiquons pas seulement la chasse sur notre territoire habité par les 33 principales familles que compose notre communauté. En plus de l’occuper et de le parcourir, nous l’utilisons pour nos activités traditionnelles ou pour préserver notre artisanat. »

Après plus de deux ans de procédures, le directeur des poursuites criminelles et pénales a abandonné vendredi dernier la poursuite envers le membre de la nation attikamek ayant omis de porter le dossard. Mais l’incident vient rappeler à la nation qu’elle n’est toujours pas souveraine sur les territoires traditionnels qu'elle revendique.

« Cela fait plus de quarante ans que nous tentons de faire reconnaître nos droits ancestraux sur notre territoire de 26 360 km2, rappelle le chef. Les négociations n'ont toujours pas abouti, mais nous les poursuivons devant les tribunaux avec l’espoir que nous soyons enfin entendus. »

Quitte à aller jusqu’en Cour suprême, prévient-il.

Autochtones

Politique