•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Redmen de McGill changeront de nom

Des centaines d'étudiants se sont réunis pour demander le changement de nom des Redmen de l'Université McGill, à Montréal.
Des centaines d'étudiants se sont réunis pour demander le changement de nom des Redmen de l'Université McGill, à Montréal. Photo: Radio-Canada / Laurence Niosi
Laurence Niosi

L'Université McGill a annoncé vendredi matin qu'elle allait abandonner le nom de ses équipes sportives masculines, les Redmen, jugé insultant, voire raciste, par des étudiants autochtones. L'établissement montréalais trouvera un nouveau nom dans la prochaine année.

« Je vous annonce donc qu’à compter d’aujourd’hui les équipes sportives universitaires masculines de McGill ne porteront plus le nom Redmen », affirme dans un communiqué Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière de McGill, ajoutant qu'un comité sera mis sur pied afin de trouver une nouvelle appellation.

« Des étudiants autochtones de McGill m’ont confié que ce nom leur procurait un sentiment d’exclusion. Ils se sentent méprisés et laissés pour compte. Ils vivent un conflit intérieur entre leur fierté légitime d’appartenir à un peuple autochtone et celle d’être des étudiants mcgillois », écrit-elle également.

Jusqu'à ce qu'un nouveau nom soit annoncé, soit à temps pour le début de la saison 2020-21, les équipes sportives masculines porteront le nom « McGill ».

Le commissaire aux affaires autochtones de l’Association étudiante, Tomas Jirousek, qui a mené une campagne sans relâche depuis l’automne dernier pour changer le nom des équipes, s’est dit « fou de joie ».

« Je pense que cela constitue un moment fort pour les étudiants autochtones. Nous avons démontré que nous avons la capacité de nous exprimer sur les problèmes qui nous préoccupent et que nous pouvons mobiliser [les étudiants] pour des causes importantes », affirme-t-il à Espaces autochtones.

L’étudiant en science politique et membre de l’équipe d’aviron estime par ailleurs que la campagne a « vraiment été un exemple de la manière dont le leadership autochtone et les alliés non autochtones peuvent parvenir à la réconciliation ».

Le jeune homme de la Première Nation Kainai a mobilisé l’automne dernier des centaines de personnes aux portes de l’université pour réclamer le changement de nom des Redmen (hommes rouges). Quelques semaines plus tard, les étudiants de McGill votaient en faveur du changement de nom des équipes lors d’un référendum.

L’Université a longtemps hésité avant de rendre sa décision d’abandonner ou non l’appellation. En janvier, la direction annonçait qu’elle avait besoin de temps pour « réfléchir » et consulter différents groupes.

Un débat qui dure depuis 25 ans

L'étudiante Ella Martindale, originaire de la nation Cowichan, s'est dite également « enchantée ». Elle a tenu à souligner que la campagne pour changer le nom des Redmen « dure depuis des décennies, et que nous avons été soutenus par des étudiants et des militants autochtones qui nous ont précédés ».

Les 28 équipes sportives masculines du prestigieux établissement anglophone sont connues sous le nom de « Redmen » depuis la fin des années 1920.

Le débat sur le nom des équipes revient régulièrement depuis 25 ans. Un logo apparu dans les années 1980 d’un Autochtone avec une coiffe de plumes – jadis utilisé sur les chandails de hockey et les casques de football – a été abandonné en 1992 à la suite d’une enquête du Conseil des athlètes de McGill.

Partout en Amérique du Nord, des équipes avec des noms en référence à des Autochtones sont appelées à changer d'appellation. C’est le cas notamment des Redskins (peaux rouges) de Washington, qui évoluent dans la National Football League (NFL), ou encore des Eskimos d'Edmonton, de la Ligue canadienne de football.

La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, a d'ailleurs invité les Eskimos à prendre exemple sur McGill. « Les Eskimos d’Edmonton pourraient en tirer une leçon. Nous devons nous assurer que, d’un océan à l’autre, lorsque des personnes sont blessées, nous écoutons. Ce nom [les Redmen] heurte des gens. Félicitations à l’Université McGill », a-t-elle dit.

Sports