•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La statue de John A. Macdonald à nouveau vandalisée à Montréal

Le nom de MacDonald est maculé de peinture orange, tout comme la statue.
La statue de John A. Macdonald a de nouveau été vandalisée à Montréal Photo: Radio-Canada / Alexis Gacon
Alexis Gacon

En cette journée internationale contre le racisme, le monument de John A. MacDonald à la place du Canada, à Montréal, a été à nouveau vandalisé. C'est la sixième fois en deux ans que le collectif #MacdonaldMustFall lui fait subir des dégradations.

Le procédé est le même que lors des derniers actes de vandalisme : un jet de peinture au visage de la statue de l’ancien premier ministre du Canada.

Dans un communiqué envoyé aux médias, le collectif #MacdonaldMustfall réclame à nouveau le retrait de cette statue. « Notre action est entreprise en solidarité et en soutien aux actions et mobilisations contre le racisme et le fascisme », écrit-il.

Le groupe d’action dénonce la vie et l’œuvre de l’ancien premier ministre. « John A. Macdonald était un suprémaciste blanc. Il a directement contribué au génocide des peuples autochtones avec la création du système brutal des pensionnats ainsi que d’autres mesures », dénoncent-ils.

Malgré plusieurs dégradations sur une courte période, le Service de police de la Ville de Montréal a indiqué à Radio-Canada que la statue ne faisait pas l'objet d'une protection particulière. Selon le Code criminel, il s'agit d'un méfait : les responsables sont passibles soit d'un emprisonnement maximal de dix ans, soit d'une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, passible d'une amende maximale de 5000 $.

La Ville de Montréal a indiqué que la statue serait nettoyée d'ici la fin de la semaine. En dépit des actes de vandalisme répétés, l'administration n'envisage pas de retrait prochain de la statue.

Et ailleurs au pays

Dans le reste du pays, d’autres statues de John A. Macdonald ont subi le même sort par le passé, comme à Regina. À Victoria, en Colombie-Britannique, une décision du conseil municipal avait causé le déboulonnage de la statue devant l’hôtel de ville en août dernier, pour condamner son action à l’encontre des Premières Nations.

Le même mois, le site Internet du gouvernement écossais a retiré le nom de John A. Macdonald, qui est originaire de Glasgow, pour les mêmes raisons.

John A. Macdonald est l’un des Pères fondateurs de la Confédération. Au pouvoir de 1867 à 1873 et à nouveau de 1878 à 1891, il a établi le programme de pensionnats autochtones. Pendant plus d'un siècle, plus de 150 000 enfants autochtones ont été forcés de quitter leur domicile et envoyés dans des pensionnats financés par l'État, où il leur était interdit de parler leur langue ou de pratiquer leur propre culture.

Grand Montréal

Société