•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : 4,5 milliards pour la réconciliation

Une usine de traitement en eau potable.

Kavin Redsky, un résident de Shoal Lake, s'apprête à traiter l'eau du lac avec du chlore dans l'une des 10 installations de traitement en eau potable de cette communauté autochtone.

Photo : The Canadian Press / JOHN WOODS

Laurence Niosi

Eau potable, services à l'enfance, langues... Le gouvernement de Justin Trudeau, qui avait fait de la réconciliation une de ses priorités lors de son élection en 2015, promet des mesures pour améliorer les conditions de vie des Autochtones qui totalisent 4,5 milliards de dollars sur les cinq prochaines années.

« Nous savons que bâtir un Canada meilleur doit nécessairement inclure des progrès au chapitre de la réconciliation avec les peuples autochtones », a affirmé dans son discours lundi le ministre des Finances, Bill Morneau.

Dans son quatrième budget, le gouvernement Trudeau s’engage à remplir sa promesse électorale de fournir de l’eau potable aux communautés autochtones en éliminant d’ici mars 2021 tous les avis de faire bouillir l’eau à long terme. Une promesse qu'il a réitérée a de multiples reprises.

En plus des 2 milliards de dollars qu'il a consacrés depuis 2015 à la construction et la modernisation des réseaux d’alimentation en eau, le gouvernement s’engage à injecter 739 millions de dollars sur cinq ans. Cet investissement supplémentaire servira notamment à la réparation urgente des réseaux d’aqueduc et à la formation de techniciens.

Le mois dernier, le ministre Morneau avait souligné le défi « extrêmement compliqué » de la main-d’œuvre pour entretenir les infrastructures. « En l’absence de ressources suffisantes pour faire fonctionner et entretenir les systèmes d’aqueduc et d’égout, il est possible que de nouveaux avis d’ébullition d’eau doivent être émis à l’avenir », peut-on lire dans le budget.

En date du 11 mars, 59 avis concernant la qualité de l’eau potable à long terme demeuraient en vigueur dans les communautés autochtones. Ottawa affirme en avoir déjà levé plus de 80.

Enfants et inégalités

Par sept fois depuis 2016, le Tribunal des droits de la personne a jugé que les services fournis par Ottawa ont nui aux Premières Nations. Le gouvernement, a tranché le tribunal, échoue à offrir aux enfants autochtones le même niveau de services sociaux que celui qui est offert aux autres petits Canadiens (principe de Jordan).

Le gouvernement propose donc de fournir 1,2 milliard de dollars sur trois ans afin de réduire cet écart. Cette enveloppe servira notamment à donner aux enfants l'accès à des équipements médicaux et à des services d’orthophonie ou de santé mentale.

De plus, 220 millions sur cinq ans iront aux services de santé et d’enseignement aux enfants inuits.

Ces nouveaux engagements surviennent dans la foulée du dépôt du projet de loi C-92, qui vise à céder la gestion de la protection de l'enfance aux Autochtones et à réduire ainsi le nombre d'enfants placés en famille d'accueil en dehors de leurs communautés.

Aucune somme n’est toutefois prévue dans le budget pour appuyer directement ce projet de loi.

Langues menacées

Le Canada compte plus de 70 langues autochtones, mais plus de deux tiers d’entre elles sont considérées comme « menacées ». Seulement un enfant autochtone sur sept affirme être en mesure de tenir une conversation dans une langue autochtone.

Dans ce contexte, le gouvernement prévoit dans son budget une enveloppe de 333,7 millions de dollars sur cinq ans afin de préserver et de promouvoir ces langues, en plus de la création d'un Bureau du commissaire aux langues autochtones.

Les libéraux ne prévoient toutefois qu’un investissement de 15 millions cette année, une somme qui ira en augmentant chaque année pour atteindre 116 millions en 2023-2024.

Ces mesures viennent appuyer le projet de loi C-91 sur les langues autochtones déposé le mois dernier.

Revendications territoriales

Cette année, le gouvernement propose par ailleurs de reconstituer le financement du Fonds de règlement des revendications particulières, qui concerne par exemple le règlement de griefs fonciers historiques. Plus de 3,1 milliards de dollars seront mis à disposition dans ce fonds, une somme qui s’ajoute aux 4,5 milliards que prévoit le budget pour améliorer la vie des Autochtones.

Ottawa s’engage aussi à rembourser des prêts contractés par des communautés autochtones en raison de ces négociations de revendications globales, en plus d’effacer leurs dettes. Une enveloppe de 1,4 milliard de dollars sur sept ans est prévue à cet effet.

Les ministères des Services aux Autochtones et des Relations Couronne-Autochtones reçoivent, ensemble, plus de 8 milliards de dollars, soit plus que tout autre ministère.

Le gouvernement s’engage également à :

  • Fournir 48 millions sur deux ans pour renforcer la capacité de gouvernance des communautés;
  • Créer un conseil national de réconciliation, qui recevrait un financement de 126,5 millions en 2020-2021;
  • Investir 60 millions sur cinq ans dans les centres d’amitié et autres organismes qui offrent des services aux Autochtones en milieu urbain;
  • Investir 50 millions sur 10 ans pour appuyer la Stratégie nationale de prévention du suicide chez les Inuits.

Politique