•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix Juno : Jeremy Dutcher prononce un discours puissant

L'artiste autochtone Jeremy Dutcher Photo: Radio-Canada / Vanessa Heins
Radio-Canada

Le compositeur et musicologue Jeremy Dutcher a remporté le prix Juno 2019 de l'album de musique autochtone de l'année pour son album Wolastoqiyik Lintuwakonawa. Il n'a pas tout de suite pu terminer son discours de remerciement.

Jeremy Dutcher a toutefois eu la possibilité de le finir plus tard dans la soirée, quand le groupe de rock Arkells l’a invité sur scène.

Il a prononcé son discours en anglais et en wolastoqey.

« Ok Canada, j’ai 60 secondes, alors allons-y », a-t-il commencé à dire avant de rappeler que la musique autochtone n’était pas qu’une niche.

Il a ensuite adressé un message au premier ministre Justin Trudeau.

Intérieur. Le musicien chante, assis au piano à queue. Un violoniste joue derrière lui. Jeremy Dutcher a reçu le prix pour l'Album autochtone de l'année aux Junos 2019. Photo : Radio-Canada

« M. Trudeau, une relation de nation à nation ne ressemble pas à des pipelines. Une relation de nation à nation ne ressemble pas à l'envoi de forces de police militarisées dans des territoires non cédés », a-t-il dit en faisant référence au camp autochtone installé en Colombie-Britannique.

« Et une relation de nation à nation ne ressemble pas, en 2019, à des communautés toujours sans eau potable. Alors, cela signifie beaucoup pour moi. J'espère continuer à partager et utiliser cette plateforme pour dire la vérité. Nous pouvons tous faire mieux. Réconciliation… »

C’est à ce moment-là que les organisateurs ont commencé à mettre de la musique, ce qui a empêché l’artiste de continuer son discours.

Plus tard dans la soirée, le groupe de rock Arkells a invité Jeremy Dutcher a monter sur scène pour le terminer.

« Il y a eu tellement de sagesse partagée sur la scène ce soir, mais notre ami Jeremy n'a pas eu la chance de finir. Alors il va finir la nuit comme il se doit. Et ne faites pas partir la musique. Il va y aller aussi longtemps qu'il le voudra, d'accord? », a dit le meneur du groupe de rock.

« Voilà à quoi ça ressemble lorsqu’on nous donne de la place. Je vous remercie », a enchaîné l’artiste autochtone.

« Réconciliation. C'est un objectif noble. C'est un rêve. Cela ne se fera pas en un an. Cela prend du temps. Cela prend des histoires. Cela prend de la musique. J'ai de l'espoir. Je dois. […] Si nous ne sommes pas d’accord sur tout, nous sommes au moins sur la même longueur d’onde. Je veux juste dire ceci : Nihkaniyayon ktpitahatomonen, ciw weckuwapasihtit - Nit leyic (Quand vous gouvernez, pensez à nous tous et à tous ceux qui ne sont pas encore nés). Je vous remercie », a-t-il terminé.

Avec les informations de CBC

Autochtones

Arts