•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une députée se bat pour garder des artéfacts autochtones au Manitoba

La députée libérale MaryAnn Mihychuk souhaite que les artéfacts autochtones entreposés à Winnipeg ne soient pas déménagés à Gatineau.
La députée libérale MaryAnn Mihychuk souhaite que les artéfacts autochtones entreposés à Winnipeg ne soient pas déménagés à Gatineau. Photo: La Presse canadienne / Adrian Wyld
Radio-Canada

La députée libérale fédérale MaryAnn Mihychuk se bat pour empêcher le transfert, en 2022, de centaines de milliers d'artéfacts du Manitoba à Gatineau, au Québec.

MaryAnn Mihychuk, qui représente les citoyens de la circonscription de Kildonan—St. Paul au Manitoba, s’oppose au projet de Parcs Canada de déménager des œuvres d'art, des mocassins, des vêtements et des outils fabriqués par des Autochtones et des colons de l'ouest du pays dans un tout nouveau bâtiment à Gatineau.

Cette décision de rassembler sous un même toit la collection d’artéfacts se trouvant dans six installations d’entreposage dans cinq villes du pays (Winnipeg, Cornwall, Ottawa, Québec et Dartmouth) avait été prise en 2012 sous le gouvernement de Stephen Harper.

Dans une entrevue accordée au quotidien Winnipeg Sun, Mme Mihychuk a dit vouloir défendre les intérêts des citoyens qui habitent dans les provinces de l’ouest. Selon elle, l’agence fédérale priverait les Manitobains d’une partie de leur histoire en appliquant son plan.

« Nous voulons garder l’histoire [canadienne] de l’ouest dans l’ouest du Canada. Nous voulons la rendre plus accessible aux étudiants, aux historiens, aux amateurs d’histoire. Nous souhaitons que nos musées y accèdent facilement et que les communautés autochtones aient la chance de célébrer leur histoire et leur culture », a-t-elle déclaré.

MaryAnn Mihychuk dit mener son combat de concert avec des organisations autochtones et des intervenants du milieu de la culture. Elle affirme avoir notamment consulté la Fédération Métis du Manitoba et l’organisation autochtone Manitoba Keewatinowi Okimakanak.

Des artéfacts divers exposés en vitrine.Des artéfacts de Parcs Canada exposés pour le public. Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Un choix discutable

La députée a souligné que le choix d’Ottawa est discutable puisque des fonds publics sont investis en ce moment pour créer le National Metis Museum à Winnipeg, rapporte aussi le Winnipeg Sun.

La politicienne milite en effet pour que des musées manitobains accueillent ces artéfacts au lieu de les envoyer au Québec.

« Déménager les artéfacts à Gatineau pour les ramener ensuite, il doit certainement y avoir un meilleur moyen », affirme-t-elle.

Parcs Canada justifie sa décision de déménager les œuvres à Gatineau par le fait qu'une grande partie de la collection est menacée par des conditions d’entreposage inappropriées et une sécurité insuffisante.

La porte-parole de Patrimoine canadien, Dominique Tessier, a indiqué au « Winnipeg Free Press » que les artéfacts seront délocalisés comme prévu.

« Tous les artéfacts entreposés dans cet établissement seront déplacés. La nouvelle installation à Gatineau devrait être achevée en 2022. La collection de Winnipeg sera transférée une fois que ce nouveau lieu de conservation sera ouvert », a dit Mme Tessier.

L'ensemble des artéfacts, soit 25 millions d’artéfacts archéologiques et historiques sur les 31 millions que compte la collection, sera géré par une équipe nationale de spécialistes et sera accessible aux chercheurs et pour la tenue d’expositions et de cérémonies.

Certains objets resteront entreposés au laboratoire de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, où les normes de conservation sont respectées.

Un déménagement non souhaité par plusieurs

La députée libérale fédérale MaryAnn Mihychuk n’est pas la seule à s'opposer à la décision de Parcs Canada. En février 2017, les élus de l'Assemblée nationale avaient adopté une motion visant à réprouver cette décision de transférer à Gatineau de nombreux objets historiques entreposés dans la région de Québec.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, avait lui aussi exprimé son désaccord, estimant que la démarche de Parcs Canada « manquait de sensibilité ». Même réaction du chef de la communauté innue d'Ekuanitshit, Jean-Charles Piétacho, qui précisait que ces objets historiques auraient pu servir à l'éducation des jeunes de sa communauté et des gens de la région.

Manitoba

Autochtones