•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Innus dénoncent la discrimination raciale au hockey mineur sur la Côte-Nord

Des joueurs de l'équipe de hockey mineur de Uashat mak Mani-Utenam.
Des joueurs de l'équipe de hockey mineur de Uashat mak Mani-Utenam. Photo: Association de hockey mineur de Uashat mak Mani-Utenam
Radio-Canada

Conflit entre arbitres et entraîneurs pendant un tournoi de hockey, intervention de la SQ, propos racistes, violence en dehors de la glace, gestes déplacés. La tension monte dans l'univers du hockey mineur de la Côte-Nord entre Innus et non-Autochtones.

par Ismaël Houdassine

Au bout du fil, James Bérubé a la voix qui tremble. L’entraîneur de l’équipe de hockey mineur de Uashat mak Mani-Utenam (Sept-Îles) est un homme en colère de toujours devoir défendre dit-il ses jeunes joueurs innus face aux insultes racistes dont ils sont victimes.

« Ça fait des années que cela dure, martèle-t-il en entrevue téléphonique. Des événements de ce genre arrivent malheureusement trop souvent. J’ai des enfants qui retournent au banc des punitions injustement ou d’autres qui se font traiter de tous les noms. »

Ces derniers jours au Québec, les dénonciations publiques en ce qui concerne les propos racistes dans les arénas ont fait les unes des journaux. Chaque fois qu’il lit ce genre de nouvelles, l’entraîneur pense à ses jeunes. Ces sorties médiatiques l’ont poussé à signaler à son tour des gestes qu’ils qualifient de « discriminatoires ».

« J’essaie d’expliquer à mes jeunes qu’ils n’ont pas à écouter ce genre de propos et que rien n’est vrai dans ce qu’ils peuvent entendre. Mais c’est fatigant de toujours répéter les mêmes choses », dit le bénévole, membre de la nation naskapie.

Marié à une Innue et père de deux enfants, M. Bérubé a déjà vécu plusieurs situations difficiles, notamment lors du dernier tournoi provincial de hockey mineur de Baie-Comeau qui s’est déroulé du 30 novembre au 8 décembre dernier.

« Un jeune est venu me voir parce qu’un des entraîneurs blancs l’avait insulté. Il lui a dit qu’il ne sait pas vivre et que ça paraissait qu’il habitait dans une réserve. On essaie de garder notre calme, mais en dedans de moi, j’étais très fâché. »

Le hockey est un moyen pour beaucoup de jeunes issus des Premières Nations de se libérer l’esprit. Quand ils patinent, ils ne pensent plus à leurs problèmes. Si en plus ils doivent subir insultes et violences racistes!

James Bérubé, entraîneur de l’équipe de hockey mineur de Uashat mak Mani-Utenam

L’entraîneur n’en peut plus, dit-il, de toujours voir les membres de sa communauté être autant rabaissés sur la glace et dans les gradins. James Bérubé avance même qu'un vendeur d'un magasin de sport de Baie-Comeau a qualifié les Autochtones de « voleurs ».

« Toute la ligue sait que le problème est à Baie-Comeau, précise-t-il. À la fin de chaque match, les équipes se saluent en se serrant les mains après les tournois et même pendant les saisons régulières, l’équipe de Baie-Comeau ne nous salue pas et revire de bord. »

Des déclarations confirmées par Germain St-Onge, entrepreneur et président de l’Association hockey mineur Uashat Mak Mani-Utenam. Il revient d’ailleurs sur un autre incident lors de ce même tournoi provincial de hockey mineur de Baie-Comeau.

Selon les témoignages, les entraîneurs de l’équipe ont été suspendus et la partie a dû être arrêtée. Des altercations entre les arbitres et les entraîneurs ont poussé la police à intervenir dans l’aréna durant le match des pee-wee (11-12 ans) de Mikun Mani Uténam et les Vikings de Baie-Comeau.

« Pour moi, c’est de la discrimination, ajoute-t-il. Il faut savoir que nos équipes de la région sont composées à 100 % d’Autochtones. Alors quand il arrive quelque chose, c’est beaucoup plus flagrant pour nous. »

En janvier, dans un échange de courriels avec Martin Gagné, président de Hockey Baie-Comeau, M. St-Onge dénonce les stéréotypes que doit subir la communauté innue alors que les deux équipes devaient se retrouver pour un autre match.

Même si Martin Gagné reconnaît les incidents qui ont eu lieu pendant le match, le président de Hockey Baie-Comeau dit n’avoir reçu aucune plainte concernant de la discrimination.

L’homme décrit une partie qui a « dégénéré » entre les arbitres et les entraîneurs autochtones, sans en dire davantage.

« On fait beaucoup de prévention en ce qui concerne les Autochtones et le racisme. Il y a des codes d’éthique qu’on essaie de faire respecter à la lettre. Quand il y a des débordements, notre association ne se gêne pas pour agir », se défend M. Gagné.

La tête dans le sable

Pour Carl Bacon, président de l’association regroupant des jeunes hockeyeurs de la communauté innue de Pessamit, à 50 kilomètres à l'ouest de Baie-Comeau, les actes racistes sur la glace ou dans les gradins ne sont pas un phénomène nouveau. Les équipes autochtones de la Côte-Nord subissent du racisme depuis au moins 20 ans selon lui.

Pour autant, M. Bacon ne jette pas le blâme sur le président de Hockey Baie-Comeau, mais regrette plutôt la passivité de Hockey Québec sur la question.

« On travaille avec les associations locales, notamment celle de Baie-Comeau pour le bien de nos jeunes joueurs. Mais Hockey Québec ne fait pas la prévention nécessaire au niveau provincial, alors qu’il y a des cas de discrimination qui arrivent quasiment chaque année », dit-il.

M. Bacon appelle Hockey Québec et son président, Paul Ménard, à cesser de « se cacher la tête dans le sable » et de prendre les choses au sérieux en mettant en place des programmes de prévention.

« Il faut des actions de sensibilisation au niveau des Premières Nations, mais aussi au niveau des autres ethnies qui commencent à jouer de plus en plus au hockey. »

Le président de Hockey Québec, Paul Ménard, n’était pas disponible pour une entrevue.

Interrogé sur le climat qui règne sur la Côte-Nord entre Innus et non-Autochtones au hockey mineur, son attaché de presse nous a fait parvenir un courriel incluant sa réaction.

On y lit : « en aucun cas, Hockey Québec tolère des remarques ou des gestes discriminatoires durant nos matchs, tournois et événements. Tant sur la glace, qu’à l’extérieur ».

Hockey

Sports