•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le racisme envers les Autochtones dans le sport dénoncé par un entraîneur

Josh Niquay est un joueur de hockey de l'équipe des Loups de La Tuque.
Josh Niquay est un joueur de hockey de l'équipe des Loups de La Tuque. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le malaise suscité par la dénonciation de propos racistes dans les arénas continue de faire des vagues dans le hockey mineur en Mauricie. Un père et entraîneur de La Tuque, Jimmy Deniss, souhaite voir changer les choses et a même décidé de publier une lettre sur les réseaux sociaux, rédigée il y a neuf ans sur le sujet, où il dénonçait un incident raciste contre ses joueurs.

Les jeunes qu'entraîne Jimmy Deniss sont à 40 % d'origine autochtone.

Il leur demande de répondre aux attaques racistes avec des buts, mais il voit bien que les insultes laissent des marques.

Tu sais, l'enfant arrive au banc en pleurs et puis il ne veut pas retourner sur la glace. Il y a un problème, affirme l'entraîneur qui accompagne des jeunes depuis 10 ans.

À 13 ans, Josh Niquay est bien placé pour en témoigner. Le joueur des Loups de La Tuque a été traité de « sauvage », de « kawish » et d'« espèce d'Amérindien » sur la glace.

Je n'ai pas répondu, je suis allé scorer à la place, rétorque l'adolescent.

Toute l'équipe est consciente que ce genre de propos peut être très blessant.

Des fois, les Amérindiens, ils se fâchent. Ça fait qu'on le remarque dans la chambre et on en parle, souligne Eliott Deniss, lui aussi joueur pour Les Loups de La Tuque.

Une solidarité que l'entraîneur encourage et affiche fièrement :Les Autochtones, à l'intérieur de leur culture, le respect est important. C'est de montrer que pour nous, les Allochtones, les Blancs, le respect est tout aussi important, croit M. Deniss.


Il espère que sa lettre de 2010 et les événements de la dernière semaine feront bouger les choses.

Que le message soit lancé : que [le racisme] n'a pas sa place dans le sport. Là, on parle du hockey, parce que nous, on est là-dedans. Mais, c'est ça, il faut que le message soit clair, que c'est intolérable. C'est tolérance zéro, martèle l'entraîneur.

Hockey Mauricie reconnaît que le racisme est présent dans les arénas de la région et assure prendre la question au sérieux. Certaines mesures, comme des sanctions plus sévères à l'endroit des contrevenants, sont envisagées pour la prochaine saison.

D'après un reportage de Jérôme Roy

Mauricie et Centre du Québec

Multiculturalisme