•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Félix de l’artiste autochtone de l’année au gala de l’ADISQ

Elisapie en prestation dans les studios de Radio-Canada (2018).
Elisapie en prestation dans les studios de Radio-Canada (2018). Photo: Radio-Canada / Mathieu Dumontier
Radio-Canada

Pour la première fois de son histoire, l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) présentera un Félix de l'artiste autochtone de l'année lors de son prochain gala. L'annonce de la création de la nouvelle catégorie a été livrée mardi, à Saguenay, dans le cadre du colloque de la Société de communication Atikamekw-Montagnais (SOCAM).

« Les artistes autochtones qui oeuvrent en musique ont toujours eu leur place au sein des diverses catégories que l’ADISQ représente, mais en créant ce nouveau Félix, nous espérons promouvoir davantage leur travail et avoir encore plus d’impact sur leur rayonnement », souligne le président de l’ADISQ, Philippe Archambault, dans un communiqué.

Cette nouvelle catégorie a été créée en collaboration avec des organisations de musique autochtone, dont la Société de communication Atikamekw-Montagnais (SOCAM). Cette dernière organise depuis deux ans le gala de musique autochtone Teweikan.

« L'ADISQ modifie sa réglementation chaque année à la demande d'un membre. On analyse si cette demande a un impact. Cette année, ce qui change avec les artistes autochtones, c'est qu'on a plus facilement accès à eux avec le festival de la SOCAM », détaille la productrice exécutive et directrice du gala, Julie Gariépy en entrevue avec Radio-Canada.

Dans cette nouvelle catégorie, les artistes pourront chanter dans la langue de leur choix, que ce soit, le français, l'anglais ou une langue autochtone.

Pour le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard, ce nouveau Félix est un pas de plus vers la reconnaissance de la culture autochtone.

« Dans la démarche de la réconciliation et du vivre ensemble, notre musique et nos artistes qui en font leur vie jouent aussi un rôle inestimable », affirme-t-il par voix de communiqué.

Par le passé, le groupe innu Kashtin, le rappeur algonquin Samian et l'auteure-compositrice-interprète inuite Elisapie ont remporté des Félix dans diverses catégories.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, croit que la nouvelle catégorie stimulera la création au sein de la relève artistique autochtone.

La création d'une catégorie va multiplier l'intérêt, le goût du côté de nos jeunes à se  lancer dans la musique, estime-t-il .

Une cinquantaine de catégories

Chaque année, la grande fête de la musique québécoise remet une soixantaine de trophées aux artistes, producteurs et professionnels de l’industrie.

Exceptionnellement, les inscriptions pour la catégorie de l'artiste autochtone de l'année sont ouvertes dès maintenant.

« C'est la première fois que ces artistes auront accès à nos formulaires et à notre façon de procéder, donc on veut qu'ils apprennent à mieux nous comprendre. On veut prendre le temps », explique Julie Gariépy.

Les artistes dans les autres catégories pourront déposer leur candidature à compter du 21 mars. La fin de la période d'inscription est le 17 avril.

Le 41e gala de l'ADISQ aura lieu le 27 octobre prochain. Une première remise des prix a lieu quelques jours avant.

Les catégories qui seront présentées lors de chacune de ces occasions n'ont pas encore été choisies. Julie Gariépy ne sait pas encore auquel des deux galas sera présenté le Félix de l'artiste autochtone de l'année.

« Le choix se fait toujours au mois de juin selon plusieurs critères, dont le nombre d'artistes dans la catégorie et le poids en terme de rayonnement, soit les ventes, la lecture en continu, etc. La décision se prend sans savoir le nom des candidats », commente la productrice exécutive et directrice du gala.

Arts