•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les restes de deux Béothuks seront rapatriés d'Écosse

Miniature sur ivoire, à l’aquarelle. Portrait de Demasduit (Mary March), de Lady Henrietta Hamilton, 1819.
Miniature sur ivoire, à l’aquarelle. Portrait de Demasduit (Mary March), de Lady Henrietta Hamilton, 1819. Photo: Bibliothèque et Archives Canada
Radio-Canada

L'oncle et la tante de la dernière femme béothuk connue, Shawnadithit, seront restitués au Canada par les Musées nationaux d'Écosse après avoir séjourné dans ce pays pendant près de deux siècles.

Les restes de Nonosbawsut et de Demasduit devraient être envoyés au Musée canadien de l'histoire à Ottawa, à la suite d'une demande officielle du gouvernement canadien déposée en janvier 2018.

« Nous sommes ravis d'avoir conclu cet accord et de pouvoir transférer les restes de ces deux Béothuks dans le pays où ils ont vécu et ont été enterrés », a déclaré dans un communiqué Gordon Rintoul, le directeur des Musées nationaux d'Écosse.

Demasduit a été enlevée par un trappeur européen en mars 1819, en représailles à un vol présumé commis par sa tribu. Son mari, Nonosbawsut, a été tué la même année alors qu'il tentait de la secourir.

Quant à Demasduit, surnommée Mary March par ses ravisseurs anglais, elle est morte de la tuberculose en janvier 1820. Sa dépouille a été renvoyée sur le territoire des Béothuks pour y être enterrée.

Quelques années plus tard, un explorateur écossais, William E. Cormack, récupérait les deux crânes et des objets funéraires. Ceux-ci ont été acheminés vers Édimbourg et remis au Musée royal d'Écosse.

Shanawdithit, la dernière des Béothuks, est elle aussi morte de tuberculose alors qu’elle était à St-Jean de Terre-Neuve, c’était il y a 190 ans.

Reconstitutio de la vie des Béothuks.Reconstitution de la vie des Béothuks Photo : wikipedia

Rapatriement en cours

Les dispositions pour le transfert des restes seraient en cours. Il aura fallu près de quatre années d’acharnement de la part du chef de la Première Nation de Miawpukek, Mi'sel Joe, pour que le gouvernement de l’Écosse accepte finalement le rapatriement des restes.

Le chef de cette communauté micmaque de Conne River Terre-Neuve-et-Labrador, Mi'sel Joe, a fait une première demande de restitution en 2015, suivie en février 2016 par celle du premier ministre Dwight Ball. Les Musées nationaux d'Écosse refuseront, déclarant que cela ne répond pas aux critères énoncés dans la loi écossaise pour le rapatriement des dépouilles.

Mélanie Joly, alors ministre du Patrimoine, avait alors informé le directeur des Musées nationaux d'Écosse que le Canada ferait officiellement une demande pour obtenir ces restes, en août 2016.
Des dirigeants autochtones et gouvernementaux avaient ensuite signé une lettre demandant la restitution des dépouilles.

« Grâce à ce partenariat et à cette persévérance exemplaires, nous pouvons rendre ces restes à leur lieu d'origine, réfléchir à tout ce que nous avons perdu, et garder espoir quant à ce qu'il est possible de retrouver avec la réconciliation », a déclaré lundi le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball.

Il a également tenu à remercier le chef de la Première Nation de Miawpukek, Mi'sel Joe, pour son leadership et son plaidoyer international en faveur de cette question.

Avec les informations de CBC

Autochtones

Société