•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le quart des victimes d’homicides au Canada sont autochtones

Une manifestante tient une pancarte sur laquelle on peut lire : plus jamais de soeurs volées. La robe rouge dessinée sur la pancarte est le symbole des femmes autochtones disparues et tuées au Canada.

Une manifestante tient une pancarte sur laquelle on peut lire : plus jamais de soeurs volées. La robe rouge dessinée sur la pancarte est le symbole des femmes autochtones disparues et tuées au Canada.

Photo : Radio-Canada / Laurence Niosi

Radio-Canada

Au Canada, 24 % des victimes d'homicides sont autochtones, même si les Premières Nations, Métis et Inuits ne représentent que 5 % de la population au pays, révèle mercredi Statistique Canada.

Selon l’agence fédérale, le taux d'homicides chez les Autochtones a augmenté de 8 % en 2017 par rapport à l'année précédente pour s'établir à 8,76 homicides pour 100 000 Autochtones. Un taux six fois plus élevé que celui des victimes d'homicide non autochtones.

Sur les 648 victimes d’homicides au pays l’année dernière, 156 étaient autochtones, soit 15 de plus qu’en 2016. Sur ces 156 victimes, 38 étaient de sexe féminin, et 118 de sexe masculin.

Le taux d’homicides chez les victimes autochtones de sexe féminin a d’ailleurs augmenté de 32 % en 2017, tout comme celui des victimes de sexe masculin, en hausse de 2 %.

Les victimes autochtones d’homicide sont par ailleurs généralement plus jeunes que les autres, leur âge moyen étant de 32 ans, comparativement à 38 ans pour les non Autochtones.

Au Canada, le taux d'homicides impliquant des victimes autochtones était le plus élevé au Manitoba (13,29 pour 100 000 habitants), suivi de l'Alberta (11,55). Les taux les plus faibles ont été observés au Québec (2,24) et en Nouvelle-Écosse (2,56).

En 2017, le taux d'auteurs présumés d'homicide était 12 fois plus élevé chez les Autochtones que chez les non Autochtones. En effet, 38 % des auteurs présumés d’homicide déclarés par la police étaient autochtones l’année dernière, une proportion qui augmente depuis 2014.

La police fournit des données complètes sur l’identité autochtone des victimes et des auteurs présumés d’homicide depuis 2014.

Selon Statistique Canada, le nombre d’homicides au Canada a atteint un sommet inégalé depuis près de 10 ans, en hausse de 7 % par rapport à l’année précédente. La hausse est principalement attribuable à l’augmentation du nombre d’homicides en Colombie-Britannique et au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société