•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Imaginaire et diversité littéraire au Salon du livre des Premières Nations à Québec

Le Salon du livre des Premières Nations a lieu du 22 au 25 novembre 2018 à Québec.

Le Salon du livre des Premières Nations a lieu du 22 au 25 novembre 2018 à Québec

Photo : Kwahiatonhk!

Radio-Canada

La 7e édition du Salon du livre des Premières Nations est remplie de première fois. Première fois que l'événement se déroule à Québec, « Ville de littérature » de l'UNESCO, et première fois qu'il consacre une section thématique à la bande dessinée autochtone.

Un texte d’Anne-Marie Yvon

Ce salon est unique au Canada, mais il est encore un secret trop bien gardé, selon Louis-Karl Picard-Sioui, le directeur du Salon du livre des Premières Nations qui se déroule à Québec du 22 au 25 novembre.

Depuis sept ans, l’organisme à but non lucratif Kwahiatonhk!, responsable de l’événement, fait tout pour valoriser la littérature des Premières Nations.

Et ça fonctionne. Cette année, le Salon accueille des auteurs et illustrateurs autochtones venus d’aussi loin que de Vancouver. L’auteur haïda Michael Nicoll Yahgulanaas sera là pour présenter ses « manga haïdas ».

L'artiste, un militant écologiste actif, dit avoir été influencé par l'iconographie traditionnelle haïda et par la culture visuelle contemporaine asiatique, particulièrement les mangas japonais.

Si la littérature en langues autochtones est relativement absente, hormis la poésie en innu de Joséphine Bacon, la diversité littéraire est au rendez-vous.

« Encore aujourd’hui, un grand public va confondre littérature autochtone avec littérature historique », explique Louis-Karl Picard-Sioui mais les habitués du Salon et ceux qui lisent beaucoup de littérature autochtone connaissent la diversité offerte par ces auteurs.

Je ne crois plus qu’aujourd’hui au Québec les auteurs soient encore obligés d’écrire sur des thématiques et qu’on les pousse fortement dans ce sens-là.

Louis-Karl Picard-Sioui

Outre les manga haïdas, la fiction, la poésie, la littérature jeunesse, le conte et la bande dessinée se côtoieront pendant quatre jours.

La bande dessinée Nuits agitées de Diane Obomsawin, alias Obom. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La bande dessinée Nuits agitées de Diane Obomsawin, alias Obom.

Photo : Diane Obomsawin

« C’est mon premier Salon des Premières Nations », se réjouit Diane Obomsawin, alias Obom, auteure de bande dessinée et cinéaste d’animation.

« Ça me fait un bien immense de participer à ce salon, car ça me rapproche de mes liens ancestraux », ajoute la bédéiste d’origine abénaquise en précisant qu’elle a longtemps été coupée de ses origines, mais que « le vent tourne ».

L’auteure de Kaspar, de Greta et Poutine ou des Nuits agitées participera à une table ronde sur la fiction autochtone, animée par Alexandre Bacon avec Michel Jean et Naomi Fontaine, le 23 novembre.

Un atelier « Écrire pour la bande dessinée » avec Jay Odjick (labo) sera aussi présenté le 24 novembre.

« Marquer l'imaginaire! »

Une vingtaine d’auteurs participeront à des rencontres, des tables rondes, des ateliers et des séances de dédicaces. Il y a les habitués du Salon, Joséphine Bacon, Naomi Fontaine, Natasha Kanapé Fontaine, Jean Sioui, Marie-Andrée Gill ou Michel Jean. Il y a aussi les invités venus de loin, Carol Rose Daniels, une Crie/Dénée de Regina, ou Katherena Vermette, une Métisse de Winnipeg.

Des déjeuners-poésie et trois spectacles sont également proposés dont un spectacle, le 23 novembre, qui fera voyager le spectateur au cœur de Kitchike, la petite réserve du sud du Québec imaginée par Louis-Karl Picard-Sioui dans son recueil de nouvelles Chroniques de Kitchike : la grande débarque.

Le 7e Salon du livre des Premières Nations.

Le 7e Salon du livre des Premières Nations

Photo : Kwahiatonhk!

En novembre 2017, Québec devenait officiellement la première municipalité francophone à être reconnue comme « Ville de littérature » par l'UNESCO.

La capitale québécoise appuyait sa candidature sur plusieurs critères, dont la présence sur son territoire de la librairie et des éditions Hannenorak (seule maison d’édition autochtone francophone) et du Salon du livre des Premières Nations.

Pour souligner cette nomination, le Salon du livre des Premières Nations, qui se tient traditionnellement à Wendake, déménage ses activités au centre-ville de Québec cette année.

Autochtones

Société