•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

NIKAMOWIN, un Spotify 100 % autochtone

NIKAMOWIN, la nouvelle plateforme d’écoute en continu de Musique nomade permet la diffusion des musiques autochtones, qu'elles soient contemporaines ou traditionnelles.

NIKAMOWIN, la nouvelle plateforme d’écoute en continu de Musique nomade permet la diffusion des musiques autochtones, qu'elles soient contemporaines ou traditionnelles.

Photo : Musique nomade

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Nikamowin en langue atikamekw veut dire « chanson » ou « musique » selon l'utilisation qu'on en fait. Développée par Musique nomade, la plateforme NIKAMOWIN, lancée mardi, donne accès aux créations et au profil de plus d'une centaine de musiciens et de chanteurs autochtones.

Un texte d’Anne-Marie Yvon

Qu’ont en commun Sakay Ottawa, Gabriel Siméon, Eddie Cote, Gilbert Sewell et Midnight Renegade? Rien musicalement parlant, mais tout ces artistes autochtones sont logés à la même enseigne, celle de NIKAMOWIN, un outil « d’écoute et de découverte » créé par Musique nomade, un organisme indépendant développé il y a une douzaine d’années par le Wapikoni mobile.

« Musique nomade, ça a commencé au Québec, mais de plus en plus on a des partenariats et des connexions à travers le Canada », mentionne Joëlle Robillard la directrice artistique.

Et si NIKAMOWIN met en valeur la musique des artistes qui font partie du réseau Musique nomade, il permet à tous les autres, du Canada ou d’ailleurs, d’y promouvoir leurs projets.

Pour accéder au site : NIKAMOWIN (Nouvelle fenêtre)

« On va avoir par exemple Iskwé, on va avoir Silla & Rise, donc des artistes qui n’ont pas nécessairement utilisé le tremplin Musique nomade mais qui font partie du réseau », ajoute Joëlle Robillard en précisant que plusieurs des langues autochtones, tous les styles musicaux et bien des nations sont représentés sur cette plateforme.

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Courtesy of artist / Lisa MacIntosh

Notre but numéro un n’est pas de devenir international, mais on veut vraiment ouvrir à tous les artistes autochtones.

Une citation de : Joëlle Robillard, directrice artistique de Musique nomade

La directrice artistique est prête à accueillir des gens de la Scandinavie, de l’Australie ou du Pérou. Des tractations sont d’ailleurs en cours et devraient aboutir sous peu.

La plateforme sert également d’outil de recherche pour les diffuseurs ou les producteurs, elle se veut aussi la page officielle d’artistes peu connus, permettant au public et à l’industrie de les découvrir.

Quant aux artistes déjà bien implantés, il s’agit d’un outil supplémentaire de promotion. « Ça donne une force d’être tous rassemblés dans le répertoire et ça permet d’être découvert ailleurs qu’au Québec », précise Joëlle Robillard, puisque l’outil sera partagé avec plusieurs partenaires à travers le pays.

« C'est vraiment un besoin pour les artistes autochtones », dit le rappeur micmac Quentin Condo (alias Q052), en ajoutant que ça lui donne une opportunité de plus de se faire connaître.

« Si tu veux des infos sur des artistes innus ou micmacs, des artistes des nations, c'est une super-place pour les trouver », souligne Quentin Condo.

Le rappeur cite Spotify et Bandcamp qui sont, dit-il, très bien et qui aident les artistes mais NIKAMOWIN « nous met sous le spotlight. »

Quentin Condo, rappeurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quentin Condo, rappeur

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Monter sa propre playlist

Si NIKAMOWIN propose sa sélection de titres, « selon les actualités et les saisons », les visiteurs sont aussi invités à monter leur propre playlist, en sélectionnant parmi les artistes proposés, qu’ils fassent de la musique traditionnelle ou contemporaine.

« Tu peux te faire autant de playlists que tu veux, tu peux les partager sur les réseaux sociaux, entre amis ou quoi que ce soit », dit Joëlle Robillard qui souhaite aussi encourager la découverte et le partage.

Pendant ce temps, Musique nomade continue d’encadrer la relève musicale, en proposant des ateliers avec des professionnels, des résidences de création et des séances d’enregistrement dans les communautés.

Dix à cinquante chansons s’ajoutent annuellement à son répertoire, tout comme une dizaine de nouveaux artistes, ce qui permettra aussi à la plateforme NIKAMOWIN de continuer à grandir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !