•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La contribution des Autochtones à la Première Guerre mondiale

Les élèves de l'école Kateri Tekakwitha de Kahnawake, au sud de Montréal, ont rendu hommage aux vétérans de la communauté mohawk. Cette tradition a lieu chaque année lors de la Journée des vétérans autochtones du Canada.
Les élèves de l'école Kateri Tekakwitha de Kahnawake, au sud de Montréal, ont rendu hommage aux vétérans de la communauté mohawk. Cette tradition a lieu chaque année lors de la Journée des vétérans autochtones du Canada. Photo: Radio-Canada / Charles Contant

Alors qu'on célèbre le 8 novembre, au Canada, la 25e Journée des vétérans autochtones, le premier ministre Justin Trudeau se rendra en France en fin de semaine pour souligner le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Une occasion de rappeler la contribution des Autochtones pendant la « Grande Guerre ».

Un texte de Ismaël Houdassine

Entre 1914 et 1918, plus de 60 000 Canadiens ont perdu la vie, pour la plupart en Europe. Le conflit a aussi causé des blessures et des mutilations à 172 000 Canadiens. Les concitoyens autochtones ont été 4500 à s’enrôler. Plus de 300 d’entre eux ne reviendront pas au pays. Quant aux survivants, plusieurs mourront de la tuberculose, maladie ramenée des tranchées.

Durant le conflit qui a envoyé au total 425 000 Canadiens sur le Front occidental, un membre autochtone sur trois rejoint l’armée canadienne, ce qui représente un engagement plus important que leurs compatriotes non autochtones. Dans un certain nombre de communautés, il n’était d’ailleurs plus possible de rencontrer un homme âgé de 20 à 35 ans.

Toutefois, seules les personnes inscrites en vertu de la Loi sur les Indiens étaient officiellement reconnues par le Corps expéditionnaire canadien, ce qui pourrait signifier qu’un nombre plus important encore d’Autochtones aurait participé à la guerre.

Une majorité d’anonymes

De toutes conditions et issus de toutes les communautés du pays (Métis, Premières Nations et Inuits), les Autochtones, hommes et femmes, ont contribué à l’effort de guerre, et ce, malgré les discriminations dont ils ont été victimes. Parmi les soldats rentrés dans l’histoire, nommons, entre autres, Joseph Standing Buffalo, le petit-fils de Sitting Bull, connu pour avoir tué le général George Custer lors de la célèbre bataille de Little Big Horn, le 25 juin 1876.

Joseph Standing Buffalo rallie le Corps expéditionnaire canadien à Regina dans la Saskatchewan, le 11 juin 1917 sous le matricule 2413310. D’autres personnalités le suivront, comme le marathonien Thomas Longboat, membre de la communauté Onondaga des Six Nations.

Mais la grande majorité des Autochtones enrôlés pendant la Première Guerre mondiale sont des anonymes. Plusieurs feront d’ailleurs des actes de bravoure. C’est le cas de Francis Pegahmagabow, le soldat autochtone le plus décoré de l'histoire militaire canadienne. Né le 9 mars 1891 et mort le 5 août 1952, ce héros de guerre de la communauté des Ojibwa de Parry Island dans l’Ontario a reçu la Médaille militaire à trois reprises pour ses faits d’armes durant tout le conflit.

Le Manitoba a été la première province à instaurer, en 1994, une journée spécialement dédiée aux vétérans autochtones.

Histoire

Société