•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des artistes autochtones canadiens se distinguent à une grande foire internationale

ShoShona Kish
ShoShona Kish lors de la remise du Prix d'excellence professionnelle de la WOMEX Photo: Radio-Canada

La grande foire internationale des musiques du monde, le WOMEX, a couronné dimanche ShoShona Kish, artiste et activiste Anishinaabe-Ojibwe et membre de la formation musicale ontarienne Digging Roots.Le Womex lui a remis le Prix d'excellence professionnelle.

par Marc Fournier, collaboration spéciale

Le WOMEX était présenté à Las Palmas de Gran Canaria en Espagne. Plus de 2800 musiciens et professionnels de l'industrie, venus de 90 pays, étaient réunis du 24 au 28 octobre pour discuter, faire des affaires et partager une passion commune.

Ce Prix d'excellence professionnelle est venu récompenser le travail et le rôle d'agent de changement social de ShoShona Kish tout en soulignant son travail d’ambassadrice engagée dans la renaissance autochtone.

Dans un discours poignant qui lui a valu une ovation, ShoShona Kish a invité la communauté musicale mondiale à continuer de se servir de la musique pour « faire du bruit, éveiller les consciences et continuer à créer des liens ».

C'est la première fois dans l'histoire du WOMEX qu'un tel honneur est attribué à un artiste autochtone des Amériques.

Jeremy Dutcher et Élisapie Isaac montent sur scène

Le pianiste Jeremy Dutcher de la nation maléciteLe pianiste Jeremy Dutcher de la nation malécite Photo : Radio-Canada

Ce moment fort de la foire annuelle fut le couronnement d'une présence autochtone qui a attiré l'attention, puisque la veille, Jeremy Dutcher, artiste de la Nation de Tobique (N.B.) offrait une prestation remarquée grâce à sa puissante voix de ténor.

Le lauréat du prestigieux Prix Polaris 2018 pour son album Wolastoqiyik Lintuwakonawa a su charmer et envoûter le public venu entendre sa musique qui mêle les chants malécites de ses aïeux, la musique contemporaine opératique et le jazz.

Quelques minutes plus tard, c'était au tour de l'auteure-compositrice-interprète inuite Élisapie Isaac de monter sur la même scène. « Je suis venue présenter mon nouvel album, The Ballad of the Runaway Girl, qui vient de sortir en Europe.

« Ce soir, c'était un de nos meilleurs concerts », a-t-elle déclaré.

Cette présence autochtone à cette grande fête des musiques du monde est un tremplin important pour la reconnaissance et l'appréciation internationales des artistes des Premières Nations.

« C'est un bon début. Il y a encore beaucoup de conceptions erronées, de clichés à combattre.... Donc beaucoup de travail à faire à l'étranger tout comme au Canada. Mais la musique est un des meilleurs outils d'éducation' », a conclu ShoShona Kish.

Le prochain WOMEX se tiendra l'an prochain à Tampere, en Finlande.

Autochtones

Arts