•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une révision des livres d'histoire qui dépasse le retrait du mot « Amérindien »

Le livre Chroniques, des Éditions du renouveau pédagogique.

Le livre d'histoire du secondaire « Chroniques », des Éditions du renouveau pédagogique

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Radio-Canada

Ajouts de perspectives autochtones, modifications de faits historiques... Les changements aux manuels d'histoire du Québec de troisième et quatrième du secondaire ne se limitent pas qu'au remplacement du mot « Amérindien » par « Autochtone », souligne le Conseil en éducation des Premières Nations (CEPN), qui a tenu à « rectifier quelques faits ».

Un texte de Laurence Niosi

L’histoire a fait couler beaucoup d’encre la semaine dernière après que des médias eurent rapporté que des livres d’histoire avaient été récemment renvoyés chez l’éditeur en raison du mot « Amérindien », qui n’est généralement plus d’usage. Les quatre manuels ne dataient en outre que de 2016, au moment de la réforme du programme d’histoire du secondaire.

La réédition et la réimpression des manuels pour faire les changements - effectués en réponse aux recommandations de la Commission vérité et réconciliation - ont coûté au gouvernement 1,6 million de dollars.

« L’angle des médias donnait l’impression que c’était un caprice des Premières Nations », souligne Ève Bastien, conseillère aux communications du CEPN.

Au moins 70 changements ont été apportés aux livres, dit-elle. À la demande de Radio-Canada, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a énuméré quelques-unes des modifications effectuées :

  • Modification des images pouvant représenter les Premières Nations de manière stéréotypée;
  • Plus grande représentativité de la participation des Autochtones et de leur apport à la trame historique du Québec et du Canada (par exemple, ajouts de portraits ou de biographies d'Autochtones);
  • Meilleure prise en compte de la perspective autochtone quant à certains événements marquants, comme la période des pensionnats;
  • Nuances à propos des alliances lors de la guerre anglo-américaine.

« Ce qui ressort de l’exercice de finalisation du programme d’études qui a conduit aux ajustements des manuels scolaires est une valeur ajoutée importante », indique le porte-parole du Ministère, Bryan Saint-Louis.

Radio-Canada n'a pu consulter qu'un seul des quatre livres. Il s'agit de Chroniques (des Éditions du renouveau pédagogique), publié au début de l'été pour les classes de 3e secondaire. Le manuel contient de nombreux encadrés sur l'histoire autochtone. Les termes « Autochtones » et « Premières Nations » sont employés.

Un travail de longue haleine

Le Conseil en éducation des Premières Nations affirme par ailleurs que les consultations qui ont mené à la modification terminologique sont le fruit « d’un travail de longue haleine ». « Sous l’invitation du ministère de l’Éducation, nous travaillons depuis quatre ans sur plusieurs comités sur la révision du programme d’histoire. Ce ne sont pas des changements de dernière minute », a tenu à préciser Ève Bastien.

Le CEPN a participé à compter de 2014 à deux comités de consultation, l’un avec les commissions scolaires et l’autre avec des intervenants autochtones. Les comités ont ensuite soumis des recommandations.

Les livres, imprimés en 2016, étaient par ailleurs « une version provisoire », dit-elle, qui faisaient partie d’un projet pilote du nouveau cours d’histoire.

Le terme « Amérindien » est aujourd'hui considéré comme désuet. « De manière générale, les termes évoluent. Au début du siècle, on parlait encore de "Sauvages". On sait que le terme "Indien", en plus, est erroné. Ça peut paraître anodin, mais ça ne l'est pas », souligne Mme Bastien.

Autochtones

Société