•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour plus d’Autochtones dans le milieu de la santé

Adriana Poulette (centre) et Alex McComber (droite) du Réseau de mentorat autochtone

Adriana Poulette (centre) et Alex McComber (droite) du Réseau de mentorat autochtone

Photo : Réseau de mentorat autochtone

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les universités canadiennes accueillent encore bien peu d'étudiants autochtones, encore moins dans le domaine de la santé. Un nouveau réseau de mentorat a récemment vu le jour dans la communauté mohawk de Kahnawake, près de Montréal, pour encadrer et encourager ceux qui voudraient étudier dans le domaine.

Un texte de Laurence Niosi

« On ne saurait trop insister sur les avantages d’avoir des médecins autochtones. Le rapport entre patients et médecins autochtones est inestimable », affirme Adriana Poulette, coordonnatrice du Réseau de mentorat autochtone.

Financée par les Instituts de recherche en santé du Canada, cette ressource pour les étudiants autochtones existe dans huit provinces canadiennes.

La branche québécoise est toutefois la seule qui est basée dans une communauté autochtone même. À Kahnawake, le Réseau est hébergé par le Kahnawake Schools Diabetes Prevention Project, un programme communautaire de prévention du diabète qui existe depuis une dizaine d'années.

Ce partenariat entre le Réseau et un organisme communautaire est essentiel, estime la professeure à l'École de nutrition humaine de l'Université McGill Treena Wahsonti:io Delormier, une des quelque 70 chercheurs universitaires qui font partie du Réseau à travers le pays.

« Il faut comprendre la réalité des communautés pour pouvoir améliorer leur santé. Avec les communautés autochtones, il faut en plus se pencher sur le contexte particulier des Autochtones qui ont des problèmes spécifiques liés aux traumatismes intergénérationnels et aux politiques d'assimilation », souligne la professeure de Kahnawake, qui s'intéresse particulièrement à l'alimentation et à la santé publique des populations autochtones.

Le nombre d’étudiants universitaires autochtones dans le domaine de la santé n’est pas connu à ce jour, mais il est très faible. L’objectif du réseau : augmenter ce nombre, mais aussi aider ceux qui étudient déjà en santé à « naviguer dans le système » et aller loin.

Pour y arriver, le Réseau organise des activités de mentorat et offre des bourses d’études, notamment de doctorat et de maîtrise.

« Il y a tellement d'obstacles au succès dans les communautés pour les étudiants et élèves. C'est une situation complexe, qui a des liens avec les opportunités à l'école, le niveau de pauvreté, les problèmes sociaux qui sont le résultat de la colonisation et des pensionnats », explique Treena Wahsonti:io Delormier.

Rassemblement d'été

La semaine prochaine, le Réseau tient également son premier « rassemblement d’été » à la maison longue de Kahnawake, un événement bilingue destiné aux étudiants autochtones qui fréquentent une université québécoise.

Une quinzaine de conférenciers, dont la professeure Delormier, l'aîné Tom Porter ou encore la médecin mohawk Ojistoh Horn viendront parler de recherche autochtone en santé, mais également de langue, de bien-être, de médecine traditionnelle et de « différents aspects de la vie autochtone ».

L’événement se veut « culturellement pertinent », l’idée étant pour les étudiants d’en apprendre plus sur le métier tout en gardant leurs valeurs et leurs connaissances autochtones, affirme Adriana Poulette.

« Ce sont deux domaines qui sont naturellement différents. Il ne s’agit pas de les faire converger, mais plus de maintenir un sentiment de soi », ajoute-t-elle.

Les huit Réseaux de mentorat à travers le pays ont été créés à la suite du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, qui recommande notamment d’accroître le nombre de professionnels autochtones travaillant en santé.


Le rassemblement d’été du Réseau a lieu les 27, 28, et 29 août à Kahnawake.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !