•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa va décréter une Journée nationale pour rendre hommage aux survivants des pensionnats autochtones

Des enfants autochtones sont assis à leur pupitre dans la salle de classe d'un pensionnat autochtone, à la fin des années 1930.

Des enfants autochtones dans la salle de classe d'un pensionnat autochtone, à la fin des années 1930.

Photo : Archives Deschâtelets

CBC
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement libéral souhaite décréter une Journée nationale pour rendre hommage aux survivants des pensionnats autochtones, réalisant ainsi l'une des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR).

Un porte-parole de Patrimoine Canada a fait savoir que le Ministère consulte les Autochtones pour déterminer la date idéale pour cette Journée nationale.

« Nous nous sommes engagés à répondre à toutes les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Ces recommandations demandent au gouvernement du Canada d'établir une Journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour rendre hommage aux survivants des pensionnats indiens et c’est ce que nous allons faire, en collaboration avec les Autochtones », pouvait-on lire dans un communiqué.

Deux dates sont actuellement considérées : le 21 juin, qui est la Journée nationale des peuples autochtones, et le 30 septembre, qui est la Journée du chandail orange.

Cette journée a été créée pour se rappeler l'histoire de Phyllis Webstad, qui portait un chandail orange qui lui a été retiré de force lors de sa première journée dans un pensionnat.

« C’est important de consacrer une journée pour que les Canadiens n’oublient jamais l’impact du génocide [culturel, expression employée dans le rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, NDLR] perpétré dans les pensionnats », a déclaré le chef de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, en entrevue au Globe and Mail.

Selon un porte-parole de Patrimoine Canada, le gouvernement n’est pas enchanté par la proposition du 21 juin, parce que cette date est trop proche de la Saint-Jean-Baptiste au Québec et de la fête du Canada.

Impossible de savoir pour l’instant quand cette nouvelle Journée nationale sera officiellement adoptée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !