•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le festival Présence autochtone dévoile la programmation de sa 28e édition

Des marionnettes géantes suivent une quinzaine de danseurs.

La représentation théâtrale: Ioskeha et Tawiscara: le grand Jeu de la création lors du festival Présence autochtone à Montréal. en 2017.

Photo : Mario Faubert

Radio-Canada

Une « émergence de voix », voilà ce que nous propose la prochaine édition du seul festival autochtone montréalais. L'événement qui se déroule du 7 au 15 août compte attirer des gens de tous âges et de toutes origines.

Un texte de Sophie-Claude Miller

En réalité, le festival se met en branle dès le 26 juillet. Présence autochtone démarre ses activités à La Guilde, une galerie et institution muséale d’art canadien. Sonny Assu, de la Nation Ligwilda’xw / Kwakwaka’wakw de Colombie-Britannique y présentera ses œuvres qui se situent entre tradition et modernité. L’artiste visuel utilise ce prétexte pour aborder des thèmes comme la consommation et la colonisation. L’exposition intitulée Une histoire collective sera présentée jusqu’au 24 novembre.

La soirée inaugurale du festival aura lieu le 7 août à l’auditorium de la Grande Bibliothèque. Une sélection de courts-métrages de jeunes créateurs autochtones y sera présentée en primeur.

L’Université Concordia prendra le relais tout au long du festival et proposera près d’une soixantaine de films, tant des documentaires que des fictions.

Les activités extérieures auront lieu sur la Place des festivals du 8 au 15 août. L’auteur-compositeur-interprète winnipegois Don Amero foulera la grande scène extérieure le 8 août, suivi le 9 par Beatrice Deer et The Jerry Cans qui feront danser la foule sur de la musique rock en langue inuite. Le 11 août, des artistes de la relève seront sur scène pour le concert Nikamotan Mtl, présenté par Musique Nomade, un spectacle hip-hop et électro.

Le groupe The Jerry Cans, originaire d'Iqaluit.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada / Vanessa Heins

Autre événement attendu le 11 août, le 8e défilé de l’Amitié nuestroamericana, qui réunit plus de 1500 participants en habits traditionnels de partout dans le monde. Les amateurs sont attendus au square Dorchester où le défilé débutera à 16 h.

Des Autochtones de l'Amérique du Nord ouvrent la parade avec leurs tambours.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une infime partie du défilé de l'amitié nuestroamericana du Festival présence autochtone de Montréal en 2014.

Photo : Radio-Canada / Sophie-Claude Miller

L’Espace Culturel Ashukan, dédié au rayonnement et au développement des artistes autochtones, se joint au festival et présentera les sculptures géométriques contemporaines de l’artiste Nico Williams (anishinaabe). Le centre accueillera également des classes de maîtres présentées par les cinéastes Daniel Brière (malécite), Kim O’Bomsawin (abénakis), Britanny Leborgne (mohawk) et l’acteur Wahiakéron Gilbert (mohawk).

Les installations extérieures de ce festival sans alcool sont toujours aussi remarquables. Un tipi géant suspendu trône au beau milieu de la place des festivals. En dessous, la sculpture d’une tortue géante entourée de jets d’eau, toujours très populaires auprès des enfants. C’est aussi l’occasion de découvrir la maison longue et les fameux tipis.

Nous voyons le soleil qui se couche sur le site du festival Présence autochtone en 2014.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site du Festival présence autochtone 2014.

Photo : Radio-Canada / Sophie-Claude Miller

Des artisans de plusieurs nations, dont des Mohawks et des Inuits, vendront de l’artisanat et des sculptures réalisées sur place. Un kiosque de restauration permettra à tous de faire griller un épi de maïs ou une saucisse de cerf directement sur le feu.

Les internautes peuvent déjà consulter la programmation sur le site du festival Présence autochtone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Nations métisses et autochtones