•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michèle Audette reste en poste à l'Enquête nationale sur les femmes autochtones

La commissaire de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, Michèle Audette

La commissaire de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, Michèle Audette

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La commissaire Michèle Audette a décidé de conserver ses fonctions au sein de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées (ENFFADA).

Un texte de Gabrielle Paul

Elle a décidé de poursuivre sa participation à l'Enquête grâce aux encouragements qu'elle a reçus dit-elle pendant sa période de réflexion. « J'ai reçu beaucoup de messages d'espoir, dit-elle. La frustration était forte, mais maintenant nous devons aller jusqu'au bout. »

La commissaire avait annoncé qu’elle réfléchissait à son avenir après que le gouvernement ait donné une prolongation de six mois à l'ENFFADA, plutôt que les deux ans qui étaient demandés.

Michèle Audette soutient que ce court délai amène la commission à faire des choix déchirants. « 24 mois nous auraient permis d’aller à la source de la problématique, dit-elle. On voulait aller à la racine pour arrêter ce que l’on fait toujours depuis les 40 dernières années, que l’on reste seulement en surface. »

On avait une opportunité historique d’aller en profondeur, avec un pouvoir de contraindre qui n’a jamais existé

Michèle Audette, commissaire à l'ENFFADA

« On doit établir nos priorités maintenant que l'on doit dire non à plusieurs choses », soutient-elle.

Elle maintient toutefois que la prolongation aidera aux travaux de la commission.

« Même sans prolongation on fait déjà une différence, le mouvement fait une différence, les femmes qui se soulèvent font une différence », affirme-t-elle.

Les équipes de l'ENFFADA doivent se rencontrer vendredi pour donner une orientation à la suite des choses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !