•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application médicale en cri pour que médecins et patients puissent communiquer

L'application comprend des termes dans trois dialectes des Cris de l'Est - sud de l'intérieur des terres, du sud de la côte et du nord.

L'application comprend des termes dans trois dialectes des Cris de l'Est - sud de l'intérieur des terres, du sud de la côte et du nord.

Photo : Fournie par le Conseil de la santé crie

Radio-Canada

Une application pour téléphone intelligent comprenant un glossaire de termes médicaux en langue crie va aider les travailleurs de première ligne et les patients à se comprendre.

Traduit d'un texte de Susan Bell et Stephane Gunner (CBC)

Le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James, au Québec, a créé cette application médicale pour augmenter l’utilisation de la langue crie dans les traitements médicaux et combler ainsi le fossé linguistique entre les professionnels de la santé et leurs patients autochtones.

Bella M. Petawabano, présidente du conseil d'administration du Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James, en est convaincue : « Cette application linguistique va être très utile pour les gens ».

« Tânith e âhkusiyan? » : « Où as-tu mal? »

Par exemple, afin d’expliquer l’effet d’un traitement, un médecin pourra gratuitement utiliser le glossaire et le dictionnaire de traduction en cri, un moyen d’améliorer la « sécurité culturelle » des patients, selon Bella M. Petawabano. Et vice-versa pour un patient qui voudra expliquer sa douleur.

L’application Médicale cri d’est, disponible sur l’App Store et sur Google Play en français et en anglais, devrait aider en particulier les patients recevant un traitement du cancer.

En tant que Cris, nous n'avons pas souvent les termes pour exprimer certains des effets du cancer. Cela sera très utile pour les interprètes, les traducteurs ou d'autres personnes qui escortent les patients.

Bella M. Petawabano, présidente du conseil d'administration du Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James

Un début

Actuellement, l’application contient des mots, des termes et des expressions utilisés dans le traitement du cancer, mais « ce n’est que le début », précise Bella M. Petawabano. Le Conseil de la santé envisage de l’étendre à d’autres maladies chroniques.

Créée par un groupe de travail composé notamment de spécialistes de la langue crie, de linguistes ou encore d’enseignants, l’application est financée par le Conseil cri de la santé, le Partenariat canadien contre le Cancer, le Conseil de recherches en sciences humaines et l’Université Carleton.

L'application comprend des termes dans trois dialectes des Cris de l'Est - sud de l'intérieur des terres, du sud de la côte et du nord.

Le grand chef de la nation crie Abel Bosum et Bella Petawabano, la présidente du conseil d'administration du Conseil de la santé crie, utilisent la nouvelle application Médicale cri d’est.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le grand chef de la nation crie Abel Bosum et Bella Petawabano, la présidente du conseil d'administration du Conseil de la santé crie, utilisent la nouvelle application Médicale cri d’est.

Photo : Fournie par le Conseil de la santé crie

Un hommage

Le lancement officiel est une manière de rendre hommage à Ann Marie Awashish, une personne clé dans le développement de l’application.

Ann Marie Awashish a enseigné la langue crie et a contribué au bien-être de ce qui est devenu sa communauté d’adoption dans les années 70, après son mariage avec Philip Awashish, l'un des premiers signataires de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

« Elle n’a jamais cessé de s’en soucier », affirme Bella M. Petawabano, qui a assisté à une cérémonie tenue au chevet de Mme Awashish à l'unité de soins palliatifs de l'Hôpital régional de Chibougamau, vendredi dernier.

Selon le grand chef du Grand Conseil des Cris (GCC), Abel Bosum, le travail d’Ann Marie Awashish sur l’application est également un important pas en avant pour renforcer la langue crie chez les jeunes.

Tous les jeux [informatiques] sont en anglais et en français et il n'y a rien en cri. Si nous pouvions développer des applications pour transmettre un peu d’histoire, des légendes, des jeux, cela attirerait les jeunes.

Abel Bosum, grand chef du Grand Conseil des Cris

Grand-Nord

Nations métisses et autochtones