•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada s'oppose au forage sur l'habitat du caribou en Alaska

Des caribous du troupeau Porcupine, au Yukon en 2002.

Des caribous du troupeau Porcupine, au Yukon en 2002.

Photo : Reuters / Ken Madsen

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois paliers du gouvernement canadien ainsi que des nations autochtones s'opposent à la plus récente tentative des États-Unis d'ouvrir au forage pétrolier l'Arctic National Wildlife Refuge, une aire protégée en Alaska.

« Le Canada appuie la conservation continue de l'habitat de la harde de caribous de la Porcupine, y compris dans le refuge arctique, et s'oppose à l'ouverture de cette zone au développement de ressources », a déclaré le porte-parole d'Affaires mondiales Canada, John Babcock.

« Les gouvernements fédéral, territorial et autochtone du Canada sont unis dans leur engagement envers la conservation du troupeau et de son habitat », poursuit-il.

Vendredi dernier, les États-Unis ont ouvert une période de consultation publique de 60 jours avant le lancement d'audiences sur l'environnement pour autoriser le forage dans les aires de mise bas de la harde de caribous de la Porcupine.

Le caribou est considéré comme essentiel au régime alimentaire et à la vie culturelle de la Première Nation des Gwich'in, dans le nord-ouest du Canada.

Les animaux sont protégés en vertu d'un traité entre les États-Unis et le Canada, qui engage les deux nations à le préserver. Pendant son vêlage en Alaska, le troupeau de 218 000 bêtes – le plus grand et le plus en santé des troupeaux du Nord – passe le plus clair de son temps au Canada.

Les gouvernements du Canada, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, ainsi que des nations autochtones, se sont réunis à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, en décembre dernier pour discuter des craintes que le refuge soit ouvert. Ils ont tous signé un accord promettant de se battre pour faire respecter le traité.

« Nous, les parties, réaffirmons notre engagement à coopérer afin de prendre des mesures pour assurer la conservation et la gestion efficaces de la population de caribous de la Porcupine dans l'ensemble de son aire de répartition, en particulier la conservation des aires de mise bas importantes », disait l'entente.

La ministre de l'Environnement du Yukon, Pauline Frost, a déclaré que son gouvernement combattrait toute tentative visant à permettre l'activité industrielle dans l'une des régions les plus vierges des États-Unis.

Mme Frost, une Gwich'in qui représente une circonscription où les résidents dépendent énormément du caribou, affirme que son peuple a commencé à lutter contre la dernière tentative d'ouverture du refuge arctique dès l'automne dernier, lorsque le Congrès américain a examiné le projet de loi. Les représentants du Conseil de bande étaient à Washington pour s'assurer que les législateurs comprennent les préoccupations du Canada, a-t-elle dit.

Les Gwich'in font pression depuis 30 ans sur les Américains pour empêcher le développement du refuge.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !