•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce que le jury n'a pas entendu au procès de Kwasi Alfred Benjamin

Nellie Angutiguluk a été retrouvée sans vie dans Côte-des-Neiges en mai 2015.

Nellie Angutiguluk a été retrouvée sans vie dans Côte-des-Neiges en mai 2015.

Photo : Chez Doris

Radio-Canada

Kwasi Benjamin a été accusé d'agression envers Nellie Angutiguluk quelques jours avant le décès de celle-ci. Des documents du tribunal démontrent que Kwasi Benjamin était sous un ordre de la Cour de ne pas s'approcher de sa conjointe au moment de son décès.

L'ordre d’interdit de contact de la Cour fait partie des preuves que le jury n’a pas entendues lors du procès de l’homme de 32 ans pour meurtre au second degré de Mme Angutiguluk.

Maintenant que le jury délibère à la Cour de Montréal, Radio-Canada peut révéler ce que les six hommes et six femmes du jury n’ont pas entendu lors des six semaines d’audiences.

Mme Agutiguluk, 29 ans, était mère de trois enfants et avait déménagé à Montréal depuis la communauté nordique de Puvirnituq. Elle a été retrouvée morte dans l’appartement qu’elle partageait avec M. Benjamin rue Nancy dans Côte-des-Neiges le 18 mai 2015.

Durant le procès, la Cour a entendu parler de l’incident dans un stationnement de Dorval, après que Mme Angutiguluk et M. Benjamin eurent passé une soirée dans un bar. Le couple a eu une dispute au cours de laquelle M. Benjamin a dit que Mme Angutiguluk l’avait frappé.

Dans son témoignage pour sa propre défense, M. Benjamin a dit au jury qu’il avait étendu son bras pour l’empêcher de le frapper et qu’il l’avait frappée par erreur. Un témoin de la scène avait téléphoné à la police.

Cet incident a eu lieu le 9 mai 2015, neuf jours avant le décès de Mme Angutiguluk.

Ce que le jury n’avait pas le droit d’entendre toutefois concerne les conséquences de cette altercation. M. Benjamin a été arrêté et détenu pendant six jours, ensuite, il a été accusé d’agression. Le dossier est toujours en attente.

Il a été relâché sous de nombreuses conditions le 15 mai 2015. Parmi celles-ci :
• S’abstenir d’être en présence de Nellie Angutiguluk.
• S’abstenir de communiquer de quelque façon que ce soit avec elle.
• S’abstenir de consommer de l’alcool.

Toutefois, seulement deux jours plus tard, le 17 mai 2015, le couple était à nouveau ensemble. Ils ont rendu visite à la mère de Mme Angutiguluk, qui était de passage à Montréal. Le couple a ensuite passé la nuit à boire.

Nellie Angutiguluk est décédée quelque temps après le retour des conjoints à l’appartement qu’ils partageaient, vers 1 h du matin le 18 mai 2015.

Kwasi Alfred Benjamin est accusé du meurtre au premier degré de Nellie Angutiguluk.

Kwasi Alfred Benjamin coupable du meurtre non prémédité de Nellie Angutiguluk.

Photo : Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM)

Ancien codétenu prétendument menacé

Le jury n’a également pas entendu la preuve des deux incidents dans lesquels M. Benjamin a prétendument menacé son ancien codétenu, qui a servi en tant que témoin de la Couronne.

L’homme, qui ne peut être identifié que par les lettres XY, a témoigné devant le jury pour relater les propos qu'il a échangés avec M. Benjamin lorsque ce dernier a été arrêté en lien avec la mort de Mme Angutiguluk en juillet 2015.

Dans les mois qui ont suivi l’enquête préliminaire, XY a dit que leurs chemins se sont croisés à deux reprises, une fois au centre de détention de Rivière-des-Prairies et une autre fois au centre de détention de Bordeaux. À chaque fois, M. Benjamin l’a menacé, dit XY.

XY a porté ces détails à l’attention du procureur de la Couronne et des enquêteurs alors que le procès était bien entamé, malgré les nombreuses rencontres qu'il avait eues avec eux avant le début des audiences.

Le procureur Dennis Galiatsatos a demandé de présenter ces nouveaux éléments au jury.

Toutefois, le juge de la Cour supérieure du Québec, Michael Stober, a jugé cette demande inadmissible.

D'après un article de Elias Abboud, de CBC

Autochtones

Société