•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe autochtone fait sa place au Temple de la renommée du hockey

Le commissaire Willie Littlechild devant la vitrine présentant des objets des Oldtimers de Sagkeeng, au Temple de la renommée du hockey.

Le commissaire Willie Littlechild devant la vitrine consacrée aux Oldtimers de Sagkeeng, au Temple de la renommée du hockey.

Photo : CBC / Rhiannon Johnson

Radio-Canada

Les Oldtimers de Sagkeeng – une équipe entièrement autochtone ayant participé à des compétitions internationales dans les années 1980 – ont maintenant une vitrine au Temple de la renommée du hockey, à Toronto.

Âgés de 35 à 50 ans et étant majoritairement des survivants des pensionnats, les joueurs des Oldtimers proviennent tous de la communauté de Sagkeeng, à 100 km au nord-est de Winnipeg.

L’équipe a rejoint l’Association canadienne de hockey Oldtimers en 1978 et a participé à plusieurs tournois internationaux en Europe, aux États-Unis et au Canada, remportant la Coupe du monde en 1987 et en 1989, en plus du championnat canadien de 1987.

Photographie de l'équipe des Oldtimers de Sagkeeng en 1993 : douze joueurs et trois entraîneurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La formation des Oldtimers de Sagkeeng en 1993

Photo : CBC

Les Oldtimers ont été fondés par Walter Fontaine et sa femme, Verna. Le Temple de la renommée a pu compter sur des souvenirs conservés par leur fille, Darlene Ahmo, pour monter l’exposition qui a été inaugurée le 9 janvier.

« Ils voulaient que la communauté puisse voir le monde, raconte Darlene Ahmo. J’ai vu comment mes parents ont travaillé pour que tout cela soit possible. Ils ont fait beaucoup de sacrifices et ils n’ont jamais abandonné. »

L’exposition est une reconnaissance du 87e appel à l’action du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation qui demandait aux temples de la renommée sportifs de présenter au public les histoires d’athlètes autochtones.

Processus de guérison

Cette décision est importante aux yeux du commissaire et grand chef Willie Littlechild, qui a traversé le Canada pendant six ans pour les audiences différentes.

À travers toutes les histoires sombres qu'on y a racontées, il y avait un éclat de lumière, explique-t-il.

« Cette lumière était le rôle important du sport dans les pensionnats, et plus précisément, le rôle du hockey », précise Willie Littlechild.

Lui-même a su utiliser le sport pour trouver la force nécessaire pour passer à travers ses 14 années de pensionnat.

Pour sa part, Darlene Ahmo espère que cette première initiative mènera à la reconnaissance d’autres athlètes autochtones.

« C’est une porte qui s’est ouverte, et tout est maintenant possible », résume-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nations métisses et autochtones

Société