•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour des tatouages inuits raconté dans un livre

Angela Hovak Johnston tatouant la main d'une femme inuite selon la technique traditionnelle
Angela Hovak Johnston tatouant une femme inuite selon la technique traditionnelle Photo: CBC/Little Inuk Photography
Radio-Canada

L'histoire d'Angela Hovak Johnston, qui a tatoué près de 100 femmes inuites, est racontée dans un livre qui souligne le retour d'une pratique traditionnelle.

Publié en novembre, Reawakening Our Ancestors’ Lines [Traduction libre : Faire renaître les lignes de nos ancêtres] raconte l’histoire des 26 premières femmes qui ont décidé de se faire tatouer selon la technique traditionnelle employée par Angela Hovak Johnston.

« Quand j’ai reçu le courriel et les photos du livre de la part de l’imprimeur, je me suis effondrée et j’ai pleuré, raconte la femme qui a commencé en 2005 son entreprise de revitalisation de la tradition inuite. C’était incroyable que ça se soit réalisé. Toutes mes visions sont devenues réalité. »

Angela Hovak Johnston a recommencé cette pratique après avoir appris la mort de la dernière femme ayant à l’époque ce genre de tatouage. Elle a appris la technique traditionnelle d’une artiste en Alaska.

Les premières femmes tatouées sont originaires de Kugluktuk, au nord-ouest du Nunavut, et c’est là que le livre a été lancé.

« J’ai pu voir la fierté chez ces femmes, quand elles ont ouvert l'ouvrage, et les entendre dire qu’elles n’auraient jamais cru être un jour dans un livre, raconte Angela Hovak Johnston. Elles sont si belles et elles étaient excitées de pouvoir lire l’histoire des unes et des autres! »

Un deuxième lancement a eu lieu à Yellowknife en décembre et l’artiste espère que la publication de ce livre aura un impact plus grand que la simple documentation du projet de tatouage.

« C’est un message positif pour les femmes et les filles inuites. Nous pouvons faire des choses. Si nous travaillons assez fort et que nous croyons en quelque chose, c’est possible », résume Angela Hovak Johnston.

Avec les informations de CBC

Nations métisses et autochtones

Société