•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Jean-Paul Nolet et Myra Cree : deux grandes voix de la culture autochtone

Montage d’archives Festival pop de Manseau du 30 juillet au 3 août 1970

Radio-Canada

La Journée nationale des Autochtones (Nouvelle fenêtre) souligne l'apport des Premières Nations à la société canadienne. Elle est célébrée le 21 juin, chaque année, depuis 1996. À cette occasion, revenons sur l'engagement de deux artisans de Radio-Canada qui ont contribué à la promotion de la culture autochtone.

Jean-Paul Nolet, membre de la Nation des Abénakis, fait ses débuts à Radio-Canada en 1944. Reconnu pour sa voix exceptionnelle, il occupe au cours de sa carrière les postes d’annonceur et de lecteur à la radio et à la télévision.

Lors du dévoilement d’un monument à Odanak, son village d’origine, Jean-Paul Nolet livre un vibrant plaidoyer en faveur des peuples autochtones, alors appelés « Indiens ». Cet extrait provient d’un tournage du 3 juillet 1961.

Il faut que les Canadiens fassent un sérieux examen de conscience de leur attitude envers les premiers occupants du pays.

Le lecteur Jean-Paul Nolet

Engagé publiquement dans le débat entourant les Amérindiens, il siège à la Commission des biens culturels du Québec entre 1974 et 1977. En 1975, il devient membre de la Commission des droits de la personne.

Jean-Paul Nolet s’éteint le 2 janvier 2000, à l’âge de 75 ans.

Extraits de l’émission Second Regard, diffusée le 14 juillet 1991

Myra Cree devient, en 1973, la première femme chef d’antenne au Téléjournal de Radio-Canada. D’origine mohawk, l’animatrice fait carrière pendant plus de 25 ans à la télévision et à la radio. En 1990, interpellée par le dossier de la réserve de Kanesatake au cœur de la crise d’Oka, elle cofonde le Mouvement pour la justice et pour la paix à Oka-Kanesatake.

Un an après le conflit, Myra Cree participe à l’émission Second Regard diffusée le 14 juillet 1991. Dans ces extraits d’entrevue, elle revient avec émotion sur la façon dont elle a vécu les événements. Elle y raconte aussi que, comme jeune Mohawk, elle a grandi à Oka « au mieux dans la mésentente cordiale, au pire dans l’indifférence ».

En 1991, Myra Cree participe à la rédaction du livre Les langues autochtones du Québec, une publication du Conseil de la langue française du Québec.

Elle s'éteint le 13 octobre 2005, après avoir lutté contre un cancer.

Encore plus de nos archives 

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Société