•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un film montréalais sur la place des Autochtones dans le rock récompensé à Sundance

Link Wray dans le film « Rumble : The Indians Who Rocked The World »

Link Wray dans le film « Rumble : The Indians Who Rocked The World »

Photo : Rezolution Pictures

La Presse canadienne

Deux réalisateurs établis à Montréal, Catherine Bainbridge et Alfonso Maiorana, ont été récompensés au Festival des films de Sundance pour leur documentaire intitulé Rumble : The Indians Who Rocked The World.

Le film, qui explore la contribution souvent méconnue des membres des Premières Nations à l'histoire de la musique populaire, a remporté un prix spécial du jury pour ses qualités narratives samedi.

Le documentaire s'ouvre sur les puissants accords de la chanson Rumble, composée par Link Wray en 1958, longtemps interdite des ondes radiophoniques. Ces accords ont été une source d'inspiration pour les guitaristes qui ont suivi.

Regardez la bande-annonce (en anglais) :

 

Wray était un Shawnee, mais trop peu de gens sont au courant de ses origines. Plusieurs autres musiciens autochtones ont préféré garder secrète leur origine ou l'ont minimisée parce qu'ils craignaient le racisme des Blancs.

Le film a été présenté en première la semaine dernière à Sundance. Il sera diffusé sur les ondes de la chaîne The Movie Network au courant de l'année.

En acceptant le prix, Bainbridge a remercié « tous les experts autochtones, les historiens et les musiciens impliqués dans la réalisation de ce film ».

« Nous n'étions pas seuls », a-t-elle mentionné.

Catherine BainbridgeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Catherine Bainbridge

Photo : Getty Images for Sundance Film Festival/Michael Loccisano

Dans ce film, le guitariste et compositeur Robbie Robertson a raconté ses souvenirs d'enfance. L'ancien membre de The Band a grandi dans la réserve des Six Nations, près de Brantford, en Ontario. Il se rappelle qu'on lui a conseillé d'être fier d'être un Indien, mais de faire attention en parlant de ses origines.

Le documentaire parle aussi de grands noms tels que le musicien de blues Charley Patton, le légendaire Jimi Hendrix ou Jesse Ed Davis, qui a collaboré avec Taj Mahal, John Lennon et les Rolling Stones.

Plusieurs ont accepté de paraître devant la caméra en raison de leur amitié envers le producteur exécutif du film, le guitariste Stevie Salas.

Celui-ci a reconnu qu'il ne savait pas qu'il existait autant de musiciens autochtones avant d'être interviewé par l'auteur canadien Brian Wright-McLeod pour son encyclopédie sur la musique autochtone, parue en 2004.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts