•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre du Manitoba remet en question la légitimité des droits de chasse ancestraux

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Brian Pallister croit que le débat sur la chasse nocturne « est en train de devenir une guerre raciale ».

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, est la cible de critiques après qu'il eut remis en question la légitimité des droits de chasse ancestraux accordés aux peuples autochtones.

« De jeunes gars autochtones qui tuent beaucoup d'orignaux parce qu'ils le peuvent, parce que c'est leur droit, ça n'a aucun sens à mes yeux », a déclaré Brian Pallister lors d'un dîner-causerie organisé par le Parti progressiste-conservateur lundi à Virden, dans le sud-ouest du Manitoba.

Le premier ministre du Manitoba s'est notamment attaqué à la légitimité de la chasse nocturne, un droit constitutionnel des peuples autochtones conformément au traité Douglas, signé en 1852 et confirmé par la Cour suprême du Canada en 2006.

« Qu'y a-t-il de juste dans la pratique de sortir et de tirer sur une paire d’yeux dans le noir avec une carabine à haut calibre? En quoi est-ce une pratique durable? », a-t-il demandé à la foule rassemblée.

« C'est une mauvaise pratique, c'est bête et c'est injuste. Comment? Ai-je mâché mes mots? Ce n'est simplement pas correct et ça devrait arrêter », conclut Brian Pallister, ajoutant qu'il rassemble actuellement des personnes autochtones qui pensent comme lui parce que « c'est en train de devenir une guerre raciale, et je ne veux pas ça. »

Wab Kinew

Wab Kinew, député NPD de Fort Rouge

Photo : Radio-Canada

Commentaires « irresponsables »

Le porte-parole du NPD en matière de réconciliation, Wab Kinew, qualifie les propos de « totalement irresponsables ».

« Vous êtes le premier ministre du Manitoba, déniaisez-vous », riposte le député qui est originaire de la Première Nation d'Onigaming, dans le nord-ouest de l'Ontario. « Ces commentaires me déçoivent énormément. »

Le premier ministre dresse un groupe contre un autre, puis s'envole vers le Costa Rica. Ce n'est pas du leadership. C'est irresponsable.

Wab Kinew, porte-parole du NPD en matière de réconciliation

Wab Kinew ajoute que, bien qu'il serait en ses droits de chasser la nuit, il range sa carabine au crépuscule - une pratique qu'il enseigne aussi à ses enfants. « J'apprécie les inquiétudes en matière de sécurité des personnes qui vivent en région », dit-il.

Il s'inquiète toutefois que les commentaires de Brian Pallister ne feraient qu'envenimer le débat au lieu d'amener les partis à la table pour trouver une solution.

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Derek Nepinak

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Derek Nepinak

Photo : Radio-Canada

Une inquiétude qui trouve écho chez le grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba, Derek Nepinak, qui qualifie les propos « d'inutilement provocateurs ». « Les commentaires du premier ministre Brian Pallister n'ajoutent rien d'utile à la discussion et endommagent les possibilités de réconciliation au Manitoba rural. »

Le grand chef Nepinak rappelle que les peuples autochtones se servent de la chasse et de la pêche pour nourrir leurs familles depuis des dizaines de milliers d'années, soit bien avant que des ententes soient conclues avec la Couronne pour accommoder l'agriculture.

« Il y a beaucoup de personnes au Manitoba rural qui appuient les droits de chasse ancestraux et il est grand temps que nous travaillions ensemble pour identifier des solutions qui nous permettront d'avoir accès à nos territoires de chasse et ainsi assurer la pérennité de nos langues et cultures. »

La chef du Parti libéral du Manitoba, Judy Klassen, a pour sa part qualifié les commentaires d'insensibles et demande à Brian Pallister de s'excuser.

Que le premier ministre dise que c'est "bête" comme pratique, c'est un immense manque de respect envers la culture et le patrimoine autochtone.

Judy Klassen, chef du Parti libéral du Manitoba

Dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada vendredi après-midi, Brian Pallister a réitéré qu'il croit que « tous les Manitobains ont droit à la sécurité et à la sûreté ».

Le premier ministre dit que le nombre d'accusations portées en lien avec la chasse nocturne a augmenté de façon dramatique et les tensions se sont exacerbées.

« Le risque de violence causée par des personnes qui décident de rendre justice eux-mêmes est une source d'inquiétude constante. Notre gouvernement a entamé un processus de consultation qui inclura toutes les parties prenantes afin d'assurer que les questions de sécurité publique et de conservation de la faune soient au centre de nouvelles initiatives d'application de la loi. »

Manitoba

Chasse et pêche