•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chez Willie : un brunch de Noël rempli d'émotions

Brunch de Noël de l'organisme Chez Willie de Val-d'Or.

Brunch de Noël de l'organisme Chez Willie de Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Sandra Ataman

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le brunch de Noël de Chez Willie à Val-d'Or, un lieu de répit de jour pour les personnes en situation d'itinérance, avait une signification bien spéciale cette année. Un groupe de citoyens de la ville de Québec est venu remettre une centaine de cartes de souhaits destinées notamment aux femmes autochtones.

Ce geste survient au moment où l'on apprend qu'il y aura une enquête publique indépendante sur les allégations de violences subies par des Autochtones à Val-d'Or. Ce geste de solidarité a été reçu avec beaucoup d'émotions.

Québec à la rencontre de Val-d'Or

L'événement a été marqué par la présence des Blancs-becs, un groupe de citoyens de Québec venu à la rencontre des Autochtones de Val-d'Or pour leur remettre les cartes reçues à la suite d'un appel à la solidarité sur les réseaux sociaux.

 

L'instigateur, Frédéric Poitras, explique pourquoi il a posé ce geste.

« C'est parti d'un refus de ce sentiment d'impuissance qui voulait m'habiter. J'ai dit non ce n'est pas vrai que je ne ferai rien, qu'est-ce que je peux faire, bien je vais les rencontrer. »

— Une citation de  Frédéric Poitras

Le président du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Oskar Kistabish, a salué ce geste. « Il se passe toujours des choses dans le monde, on a toujours envie d'y aller et eux autres ils l'ont fait. Tous les petits messages qu'ils ont amenés, ça devient un grand message d'amour », estime-t-il.

Carole Marcil, qui accueille les personnes itinérantes à la maison de répit Chez Willie à Val-d'Or, se dit quant à elle touchée par cet élan de solidarité.

« J'ai de la misère a en parler, ils ont écrit aux filles en disant "lâchez pas, on vous écoute et on vous entend". »

— Une citation de  Carole Marcil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !