•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De remarquables oubliés- Mary (Molly) Brant

De remarquables oubliés - Mary Brant
Radio-Canada

Mary Brant, plus connue sous le nom de Molly, était une Indienne, Iroquoise, soeur de Joseph Brant, célèbre chef autochtone de la Guerre révolutionnaire américaine.

Originaire de la Vallée de la rivière Mohawk, elle vit en union de fait avec l'aristocrate et riche commerçant britannique Sir William Johnson, également surintendant des affaires des Indiens du nord pour le compte de l'Angleterre. Ensemble, ils ont huit enfants.

Une grande dame

À la mort de Sir William Johnson en 1774, Molly Brant se retrouve seule pour gérer l'éducation de ses enfants et le patrimoine familial. Elle devient alors une grande dame dont l'autorité est reconnue parmi les Iroquois et respectée chez les Blancs. Elle ne renie jamais sa famille, non plus que son peuple et la ligue des Six Nations, malgré une assimilation complète des valeurs et façons de vivre des Britanniques.

Combatante iroquoise et loyaliste

Lorsque la Guerre d'indépendance américaine éclate en 1775, Molly Brant se range du côté des loyalistes et de la couronne d'Angleterre. Elle contribue à l'effort de guerre britannique contre les patriotes de toutes les manières possibles, si bien qu'elle se retrouve complètement ruinée et épuisée à la fin de la guerre. C'est à Kingston, au Canada, où elle est accueillie gracieusement, qu'elle trouve refuge et meurt peu de temps après son arrivée.
Il faut attendre le 20e siècle pour que Molly Brant soit reconnue et honorée comme une véritable héroïne iroquoise, loyaliste et canadienne.

Références : bibliographie

  • Molly Brant : a legacy of her own, par Lois Huey et Bonnie Pulis, publié par Old Fort Niagara Museum, 144 p.
  • Molly Brant : a legacy of her own, par Lois Huey et Bonnie Pulis, publié par Old Fort Niagara Museum, 144 p.
  • « From Mohawk woman to loyalist chief : the life of Molly Brant », par James Carson, dans Sifters : Native American Women's Lives, éd. Theda Perdue, Oxford University Press, 2001, pp. 48-59
  • « Family politics and Anglo-Mohawk diplomacy : the Brant family in imperial context », par Elizabeth Elbourne, article du Journal of Colonialism and Colonial History 6, numéro 3 (hiver 2005)
  • « Molly Brant : a tribute », article de la revue Historic Kingston, pp. 55 à 58

Autochtones

Société