#2a##5j##3# #5# Pauline Marois : « Un peuple, ça ne meurt pas » | Plus on est de fous, plus on lit! | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Logo Radio-Canada

Politique

Pauline Marois : « Un peuple, ça ne meurt pas »

Le lundi 7 décembre 2015

L'ex-première ministre du Québec, Pauline Marois
L'ex-première ministre du Québec, Pauline Marois     Photo : Radio-Canada/Stéphanie Dufresne

À l'occasion du 20e anniversaire de la publication L'état du Québec, l'ex-première ministre signe un texte qui dresse le bilan de l'évolution de la société québécoise au cours des deux dernières décennies. Celle qui a été une actrice privilégiée de la vie politique se prononce – en se défendant pourtant ardemment de jouer les belles-mères –, sur les grands débats qui tiraillent le Québec. Elle s'entretient avec Marie-Louise Arsenault et les collaborateurs de celle-ci, qui sautent dans la mêlée.  
 
Optimisme et inquiétude 
Bien qu'elle reconnaisse que les « conditions gagnantes » ne sont pas au rendez-vous, elle dit ne jamais avoir douté du projet indépendantiste. « Ce n'est pas parce qu'on n'y croit pas maintenant que ce n'est plus nécessaire et que ce n'est plus possible. » Elle tire d'ailleurs à boulets rouges sur le gouvernement Couillard, qui, croit-elle, entrave par ses politiques d'austérité le développement du peuple québécois.  
 
Sur la charte des valeurs, elle persiste et signe 
Bien qu'elle ait été un dossier chaud qui a fait tanguer le bateau péquiste, la charte des valeurs n'en reste pas moins nécessaire, croit-elle. Des débordements racistes ont eu lieu, déplore-t-elle, « mais je ne veux pas qu'on mette ça sur le dos de la charte ».  
 
Pauline Marois insiste sur la nécessité d'établir des règles du jeu claires pour asseoir le « vivre-ensemble » démocratique, dont l'égalité femmes-hommes. Le hijab, pomme de discorde du débat sur la charte, reste pour elle un symbole religieux qui n'a pas sa place dans les institutions publiques.  
 
PKP, le sauveur du Parti québécois?  
Sans voir un messie chez celui qui l'a remplacée à la tête du parti, Pauline Marois lui accorde son appui sans hésitation. Questionnée sur les contradictions entre les tendances sociales-démocrates du Parti québécois et les pratiques patronales plutôt draconiennes de l'ex-dirigeant de Québecor, elle dit rester confiante. « Il savait dans quel parti il arrivait. [...] Ce sont les militants qui l'ont choisi et je pense qu'ils ont fait le bon choix ».  
 
Référence :  
L'état du Québec 2016, ouvrage collectif publié par l'Institut du Nouveau Monde (Del Busso, novembre 2015). 
 
L'état du Québec 2016 - édition spéciale 20e anniversaire 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

24 septembre 2015

Donald Trump, l'homme qui fait trembler le Parti républicain

15 septembre 2015

Les mots à bannir en cette fin de campagne électorale

26 août 2015

Jimmy Carter : un pacifiste à la présidence américaine

2 juin 2015

Les grands discours : « Nous nous battrons sur les plages »

16 avril 2015

Le texte de la semaine : des doutes sur les qualités présidentielles d'Hillary Clinton