ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
123
4
5
6
78
9
10
11
12
13
14151617
18
19
20
21222324
25
26
27
282930
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du mercredi 9 avril 2014


Arts et culture

Je pense, donc je cite : «The medium is the message»

Le chroniqueur et auteur Alain Farah, à gauche, mange un beigne en citant Pierre-Karl Péladeau pour illustrer la citation de Marshall McLuhan, à droite.
Le chroniqueur et auteur Alain Farah, à gauche, mange un beigne en citant Pierre-Karl Péladeau pour illustrer la citation de Marshall McLuhan, à droite.

Alain Farah consacre sa nouvelle chronique à une citation emblématique de Marshall McLuhan, philosophe des médias canadiens. Elle provient de l'oeuvre phare Pour comprendre les médias (Understanding media : the extensions of man), dont on célèbre cette année le 50e anniversaire. Le message, c'est le médium signifie que la nature d'un média, ou canal de transmission d'un message, compte plus que le sens ou le contenu du message. Évidemment, Alain Farah n'y entend pas que cela.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Alain Farah sur Twitter

Arts et culture

Natasha Kanapé Fontaine : la louve qui parle au nom de la Terre

La poète, slameuse, artiste visuelle, comédienne et militante Natasha Kanapé Fontaine lisant un extrait de son nouveau recueil.
La poète, slameuse, artiste visuelle, comédienne et militante Natasha Kanapé Fontaine lisant un extrait de son nouveau recueil.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Poète, slameuse, artiste visuelle et militante de la communauté innue de Pessamit, Natasha Kanapé Fontaine mène sa quête identitaire à travers l'art. Élevée parmi les francophones de Baie-Comeau, mais désireuse de représenter ses racines, elle s'identifie au loup protégeant son territoire. Elle lançait en mars Manifeste Assi, un second recueil qu'elle qualifie de poésie d'utilité publique. Marie-Louise Arsenault la reçoit. 
 
À la recherche d'un confluent culturel 
Petite-fille de chasseurs et d'un chaman, Natasha Kanapé Fontaine a été élevée à Baie-Comeau pour y apprendre le français. Elle a étudié les arts à Rimouski et vit à Montréal depuis 2012, ce qui en fait une fille de la ville, mais ses origines sont au coeur de sa démarche. Elle aimerait pleinement intégrer la culture de ses ancêtres et se faire rencontrer les formes d'art et de militantisme qu'elle pratique. 
 
Jamais inactive 
Son premier recueil, N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures, est paru en 2012. Elle a également contribué à L'agenda des femmes 2013, au livre-disque Les jours des feux, des tambours et des meutes et tourné en tant que slameuse à travers la province. La réalisatrice Annabelle Fouquet lui a consacré un minidocumentaire, Eka utshite. N'oublie pas, en 2011. 
 
D'une même voix 
Manifeste Assi se veut un condensé de ce que diraient d'une même voix les Premières Nations si la parole leur était donnée. Assi signifie « terre » en langue innue. 
 
«J e suis tellement rendue enragée par rapport à toutes les injustices que j'ai entendues ces dernières années, qui ne sont jamais racontées, déclare l'artiste. L'histoire des Amériques qu'on apprend dans les écoles, ce n'est que la grande histoire de la colonisation. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Blogue poétique de Natasha Kanapé Fontaine
HYPERLIEN - Blogue de Natasha Kanapé Fontaine
HYPERLIEN - Eka utshite – n'oublie pas : documentaire d'Annabelle Fouquet sur Natasha Kanapé Fontaine

Arts et culture

Les trous dans notre système politique, selon Frédéric Bérard

Sam Hamad, Régis Labeaume, Michelle Courchesne et Pierre Karl Péladeau en 2012
Sam Hamad, Régis Labeaume, Michelle Courchesne et Pierre Karl Péladeau en 2012     Photo : THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

Comme la plupart des sociétés occidentales, le Québec et le Canada reposent sur un état de droit, défini par la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Me Frédéric Bérard, chargé de cours à la Faculté de droit de l'Université de Montréal, relève plusieurs accrocs dans ce système à partir d'épisodes récents, telles l'affaire Omar Khadr, la gestion des manifestations étudiantes de 2012 et la gestion du registre des armes à feu. Il aborde le problème dans l'essai La fin de l'État de droit?. Marie-Louise Arsenault le reçoit. 
 
Quatre conditions 
Frédéric Bérard s'en remet aux quatre conditions établies par le juriste autrichien Hans Kelsen (1881-1973) pour définir l'État de droit : il doit exister une seule loi pour tous, la puissance publique doit tenir sa source dans une règle de droit, les tribunaux doivent agir comme rempart pour faire respecter cette règle de droit et il doit y une avoir hiérarchisation des règles juridiques. 
 
La faute aux médias 
Dans La fin de l'État de droit?, Frédéric Bédard dénonce l'érosion des acquis en termes de primauté du droit. Selon lui, l'importance des médias dans la sphère politique est à l'origine de ce glissement. « Tout va très vite. Politiquement parlant, tout est dans la forme plus que dans le contenu, souligne-t-il. On veut dire aux gens ce qu'ils veulent entendre et dans certains cas, pour ne pas dire la totalité, c'est beaucoup plus facile de violer l'État de droit que de le respecter pour espérer faire certains gains électoraux. » 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Frédéric Bérard sur Twitter

Arts et culture

Les élections ont-elles encore un sens?

Un électeur dépose son bulletin dans une boite de scrutin.
Un électeur de L'Assomption dépose son bulletin dans l'urne.     Photo : Ryan Remiorz

Lors d'un marathon électoral comme celui que le Québec vient de traverser, on insiste sur l'importance d'aller voter. Il est toutefois des voix discordantes, selon lesquelles il est plus constructif de s'abstenir. D'autres qui prônent l'instauration d'un mode de scrutin proportionnel au lieu du système représentatif qui existe actuellement. Au terme d'une campagne provinciale acrimonieuse, Christian Nadeau examine quelques essais qui remettent en question notre vision des élections. 
 
Références : 
- Vox populi : une histoire du vote avant le suffrage universel, Olivier Christin, Paris, Seuil, 2014. 
- Contre les élections, David Van Reybrouck, Actes Sud, collection Babel, 2014. 
- Petite histoire de l'expérimentation démocratique : tirage au sort et politique, d'Athènes à nos jours, Yves Sintomer, Paris, La découverte, 2011.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Christian Nadeau sur Twitter
HYPERLIEN - Site de Christian Nadeau

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
123
4
5
6
78
9
10
11
12
13
14151617
18
19
20
21222324
25
26
27
282930
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

R�seaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Hiver 2015100 incontournablesArts et divertissement - LittératureSur les traces de Kerouac, le livre numérique